Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 302
Lexique : les mots de la France sous l'occupation - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

Lexique : les mots de la France sous l’occupation

des lois antijuives, interdictions, des mots courants dans la France de Vichy à l’usage des élèves
samedi 29 août 2009

« Les questions "historiques" portant sur la durée de la guerre, les ennemis en présence, les chefs d’état et de gouvernement en activité, la différence entre les dictatures et les démocraties révèlent la nécessité d’une cartographie historique, d’un cours d’histoire avec des repères chronologiques et d’une étude du contexte des histoires individuelles » Marie Paule Hervieu

carte de la France : Zone occupée, Zone "libre", ou zone nono, Zone interdite (cf. définitions de Zone)
Zone sud après le 11 novembre 1942.
la ligne de démarcation

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:France_map_Lambert-93_with_regions_and_departments-occupation-fr.svg

armistice du 22 juin 1940 : défaite militaire française, arrêt des combats

aryanisation : expropriation, spoliation, pillage, réquisition des biens des personnes juives. Un administrateur non juif est nommé.

assigné à résidence : Les étrangers assignés à résidence voient leur liberté de circulation limitée, ils doivent vivre dans un territoire donné.

Ausweis : laissez-passer

Bund : Union générale des travailleurs juifs (die Yiddish Arbeit Bund), mouvement de travailleurs parlant yiddish créé en 1897, qui se transforme en partis socialistes juifs, en Pologne, en Lituanie et en Russie, au début du XXe siècle

 camps

- camps d’internement en France :
« centres spéciaux de rassemblements d’étrangers », « centres d’hébergement », « camps de recueil »
octobre 1940 : les Juifs étrangers qui étaient venus chercher refuge en France, puis les Juifs français, sont internés dans les camps de Rieucros, les Milles, Saint-Cyprien (Felix Nussbaum) [1],
Pithiviers, Beaune-la-Rolande,
Drancy, Poitiers...
Cf. le film d’Axel Corti, Dieu ne croit plus en nous, première partie de la trilogie Welcome in Vienna.

Camp de Drancy 20 août 1941-17 août 1944 : la cité de la Muette, les premières HLM de France, où sont internés les juifs raflés en France ; centre de rassemblement avant la déportation.
Chronologie du camp de Drancy :
1941-42 : commandant du camp, Theodor Dannecker, camp gardé par des gendarmes français
1942-43 : commandant du camp, Heinz Röthke, le camp est toujours sous contrôle de la préfecture de police
1943-44 : commandant du camp, Alois Brunner, les nazis administrent le camp à partir du 2 juillet 1943. Les gendarmes français assurent la garde extérieure du camp.
Libération de Drancy le 18 août 1944
Camps d’Austerlitz-Lévitan-Bassano, camps annexes de Drancy dans Paris

- Camp de concentration : nom général des camps nazis. Au départ, lieu d’enfermement des opposants politiques, puis des Tsiganes, des homosexuels, des Juifs, lieux où l’on tue par le travail, la mauvaise nourriture, le manque de soins, la faim, le froid, les coups, les exécutions. Ex. Dachau en 1933, Buchenwald, Sachsenhausen

- Camp d’extermination : camp où le but est de tuer en grand nombre des Juifs par les gaz ou en abattant les prisonniers. Les centres de mise à mort, Belzec, Chelmno, Auschwitz-Birkenau, Maïdanek, Sobibor, Treblinka sont des lieux du génocide ou de la destruction des Juifs à grande échelle, appelée Shoah. A Auschwitz-Birkenau et Maïdanek des Juifs sont aussi entrés dans le camp pour travailler.
Pour les Juifs déportés de France, seuls 5 % ont survécu

(Les Einsatzgruppen assassinent aussi en masse à l’Est.)
carte des camps nazis, de la Fondation pour la mémoire de la déportation :

carte en taille réelle : http://www.fmd.asso.fr/updir/20/04_cartes.pdf
liste des camps nazis :
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article108
langue des camps :
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article72

carte d’alimentation : rationnement de la nourriture au moyen de cartes et de tickets

carte d’identité : en 1939 et en 1942 : quelle est la différence ?

JPEG - 44.4 ko
carte d’identité en 1939
JPEG - 50.5 ko
carte d’identité en 1942

cartes mises en ligne avec l’aimable autorisation de la famille.

CGQJ : Commissariat général aux questions juives, création de Vichy

Convois : 27 mars 1942 : premier convoi de Juifs déportés par les autorités allemandes depuis le camp d’internement de Compiègne vers Auschwitz.
77 grands convois de déportés de persécution sont partis de France, les déportés sont entassés dans des wagons de marchandises pour la majorité.

CTE : Compagnies de travailleurs étrangers créées à partir du 13 mai 1940, puis les GTE (Groupements de travailleurs étrangers) institués par la loi du 27 septembre 1940)

Dantesque : effroyable, qui suscite la peur et l’effroi

Déportation : on distingue la déportation de répression et la déportation de persécution.
La Fondation pour la Mémoire de la Déportation arrive au nombre de plus de 85 000 déportés partis de France en raison des mesures de répression (surtout des résistants) prises par l’occupant nazi et le régime de Vichy.
Sur les 76 000 Juifs, déportés de persécution de France la plupart ont été envoyés à Auschwitz. Environ 2 500 ont survécu, soit 3 %. 11 000 de ces déportés étaient des enfants dont 2 000 avaient moins de 6 ans.
.

Déporté : jusqu’en 1939, le terme désigne une personne déplacée contre son gré. Avec l’occupation nazie, le terme caractérise ceux qui sont arrêtés, envoyés en Allemagne, internés dans les camps pour y être soumis à une politique de déshumanisation ou d’extermination.

dernier métro : les juifs étaient astreints à voyager dans la dernière voiture de chaque rame.

enfants cachés :
Le sauvetage des enfants cachés durant la dernière guerre
Berthe :
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article168
Claudine :
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article69
Arlette :
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article130

http://lamaisondesevres.org/cel/cel1.html
http://lamaisondesevres.org/cel/cel2.html

Démobilisé : les soldats sont renvoyés à la vie civile après l’armistice de juin 1940

Engagé volontaire  : les étrangers qui veulent défendre la France en 1939 doivent s’engager dans la la Légion étrangère.

Étoile jaune : pour pouvoir repérer les juifs, le port obligatoire de l’étoile jaune est imposé aux Juifs de la zone occupée à partir de 6 ans, par les Allemands, en application de la 8° ordonnance du 29 mai 1942, pour le 7 juin 1942. Les étoiles jaunes sont délivrées dans les commissariats de police contre un point de la carte de textiles.
Le 7 juin 1942, premier jour du port de l’étoile jaune
lire Un sac de billes de Joseph Joffo, Jean-Claude Lattès, 1973
ou Le journal d’Hélène Berr

France de Vichy, Etat Français : un gouvernement fascisant qui collabore, qui aide l’Allemagne nazie à appliquer sa politique de ségrégation.

Ghetto : lieu de rassemblement et d’enfermement des Juifs ; les privations alimentaires déterminant des épidémies et l’épuisement par le travail forcé, précèdent la tentative de destruction : ils sont alors déportés, fusillés ou "exécutés". Le ghetto de Lodz en Pologne date d’avril 1940.

internement voir camps, lois de Vichy

juifs : groupe humain ayant en commun une histoire, des traditions ; les juifs sont héritiers du premier peuple monothéiste ; ils vivent dans divers pays d’Europe et du monde : ils peuvent avoir la nationalité du pays où ils vivent ou avoir le statut d’ "étrangers"

Le 13 septembre 1940, Irène Némirovsky écrit à Pétain :
« Je ne puis croire, Monsieur le Maréchal, que l’on ne fasse aucune
distinction entre les indésirables et les étrangers honorables qui,
s’ils sont reçu de la France une hospitalité royale, ont conscience
d’avoir fait tous leurs efforts pour la mériter.
Je sollicite donc de votre haute bienveillance que ma famille et
moi-même soyons compris dans cette deuxième catégorie de personnes,
qu’ils nous soit permis de résider en France…. »

Justes  : « Justes parmi les nations » titre accordé à des personnes qui ont sauvé des Juifs
http://www.memorialdelashoah.org/index.php/fr/decouvrir-le-memorial/le-mur-des-justes/le-mur-des-justes
Légion des combattants : organisation née en 1940, de la fusion de toutes les associations d’anciens combattants par Vichy.

 Ligne de démarcation


La France est partagée entre la zone "libre" ou zone non occupée et la zone occupée par les Allemands.
Des points de passage existent le long de la frontière entre zone occupée et zone non occupée pour ceux qui ont un Ausweis.
http://www.atlas-historique.net/1914-1945/cartes/France1940-44.html
"Avis aux Juifs" : il est interdit aux juifs de franchir la ligne de démarcation pour se rendre de la zone "libre" en zone occupée en France...
La France Divisée , film, produced and directed by Barbara P. Barnett and Eileen M. Angelini
4 survivants et 3 enfants cachés témoignent.
http://www.francedivided.com/index.html
La zone "libre" est envahie le 11 novembre 1942 par les Allemands et les Italiens.

 lois antijuives


La loi sur les dénaturalisations a été mise en place dès le 16 juillet 1940 par Vichy
. 27 septembre 1940 : première ordonnance allemande contre les juifs : les Allemands demandent aux juifs de la zone occupée de se faire recenser (se déclarer) dans les commissariat et de marquer Jüdisches Geschäft (Entreprises juives), en lettres noires sur fond jaune sur leurs vitrines.
. 26 avril 1941, 2ème statut allemand
. Le recensement des Juifs français a lieu en juin, juillet 1941 ;
recensements des Juifs étrangers en février-mars 1942.
Sur le recensement :
http://www.crdp-reims.fr/memoire/enseigner/memoire_vichy/10fichierjuif.htm

Les lois de Vichy
Le projet de loi portant sur le Statut des Juifs annoté par Pétain
. loi du 3 octobre 1940 ou premier Statut des Juifs :
est regardé comme juif celui qui a 3 grands parents de "race" juive ou 2 grands parents de la même "race" si son conjoint est juif. Est regardé comme étant de race juive, le grand parent ayant appartenu à la religion juive. [Un demi juif marié à un juif peut devenir non juif en divorçant.]
« Art.2. L’accès et l’exercice des fonctions publiques et mandats énumérés ci-après sont interdits aux Juifs : (...) 4. Membres du corps enseignants. 5. Officiers et sous-officiers des armées de terre, de mer et de l’air.(...)
Art. 5 Les Juifs ne pourront exercer l’une des professions suivantes : directeurs, gérants, rédacteurs de journaux (...) »
. 4 octobre 1940 : Les juifs étrangers doivent être internés dans des camps spéciaux, dans la zone non occupée, (Les Milles, Gurs, Noé, Recebedou, Rieucros, Argelès, Rivesaltes), antichambres de la déportation ; demande allemande d’internement des Tsiganes, en zone nord.
L’internement des Tsiganes en France 1940-1946, la mémoire et l’oubli :
. 13 octobre 1940 : pour améliorer l’efficacité du recensement, l’administration militaire allemande demande au préfet de police de Paris de faire apposer sur les cartes d’identité, la mention "JUIF".
. Loi du 2 juin 1941, deuxième statut des juifs de Vichy :
est regardé comme juif :
Celui ou celle qui appartient à la religion juive, ou y appartenait le 25 juin 1940 et qui est issu de deux grands parents de "race" juive.
Pour Vichy, un demi-juif reste un juif. En Allemagne, un individu ayant deux grands-parents juifs est considéré comme demi-juif.
C’est un nouveau statut des juifs par Vichy plus dur que le statut allemand.

 la liste des interdictions

et obligations imposées aux juifs en France par les textes successifs allemands et vichyssois :
exclusion de la nationalité française
exclusion de l’armée, de la fonction publique, de la presse, des activités culturelles, des professions libérales
numerus clausus.
aryanisation ( = confiscation) des entreprises juives
confiscation des automobiles, des bicyclettes, des postes de radio
interdiction de changer de domicile
interdiction de quitter son logement entre 20h et 6h du matin
interdiction de fréquenter les restaurants, cafés, cabines téléphoniques publiques, cinémas, salles de concert, musées, bibliothèques, piscines, terrains de sports, champs de courses,square, bains douches municipaux, marchés, foires, magasins (sauf entre 15h et 16h), hôpitaux
obligation de prendre la dernière voiture du métro

JPEG - 35.8 ko
Interdiction de square

LTI : lingua tertii imperi, de Victor Klemperer, la langue d’Hitler.
La Langue ne ment pas, film de Stan Neumann, Coproduction : ARTE France, Les Films d’Ici, 2004, 80 min

Hôtel Lutétia : lieu à Paris où sont accueillis les déportés à leur retour en 1945

Marches de la mort : évacuation des camps devant l’alliance alliée
Les Marches de la mort. Les Évasions janvier-avril 1945

marché noir : se procurer de la nourriture de façon illégale, sans ticket

Milice française : organisation fasciste paramilitaire aux méthodes très violentes, créée par la loi du 30 janvier 1943, à partir du SOL, engagée activement dans la collaboration avec les forces d’occupation et la chasse aux résistants, Juifs, Tsiganes, réfractaires au STO, communistes, Francs-maçons, tous ceux qui sont dénoncés par Vichy ; c’est une alliée de la Gestapo.
En juillet 1943 les Allemands autorisent les Français à s’engager dans la Waffen-SS.

mineurs du Pas-de-Calais : grève patriotique des mineurs du Nord-Pas de Calais déclenchée contre l’occupant et le régime collaborateur de Vichy par la CGT et le Parti communiste le 27 mai 1941

mur des noms  : murs en pierre sur lesquels sont inscrits les noms des sur lesquels sont gravés les noms de 76 000 Juifs déportés de France.
http://www.memorialdelashoah.org/index.php/fr/decouvrir-le-memorial/le-mur-des-noms/le-mur-des-noms

nazisme : dictature avec une vision raciste du monde et une volonté de mettre en place une Allemagne au territoire vaste, à la population nombreuse et « racialement pure »

Organisations venant en aide aux juifs  :
E.I.F
H.I.C.E.M. : Association d’Aide à l’Emigration Juive
Joint : organisation juive américaine
O.R.T. : Organisation Reconstruction Travail
O.S.E. : l’Œuvre de Secours aux Enfants
Quakers Américains,
Secours Suisse aux Enfants
Young Men Christian Association

Papon Maurice : secrétaire général de la préfecture de la Gironde, de juin 1942 à la Libération
http://papon.sudouest.com/index.php?page=accueil

Pitchipoï : nom yiddish d’un lieu imaginaire que les internés ne connaissent pas, vers lequel ils sont déportés et qui désigne en fait Auschwitz-Birkenau.

Pithiviers, Beaune-la-Rolande : camps du Loiret voir le témoignage d’Albert

rafle : arrestation, "ramassage" de juifs
"rafle" du billet vert, 14 mai 1941, à Paris : ou la convocation du billet vert. Des juifs (étrangers) sont convoqués et arrêtés.
rafle du 15 août 1941 : arrestation dans le XI ème à Paris, de juifs français et étrangers envoyés à Drancy dite" rafle du billet vert".
La rafle du billet vert et l’ouverture des camps du Loiret
rafle des notables de décembre 1941, transférés au Camp de Royallieu à Compiègne.
rafle du Vél’ d’Hiv’ ou "vent printanier" [2]
Les rafles de juillet 1942
Les 16-17 juillet 1942 : 4 500 policiers français arrêtent 3 118 hommes, 5 119 femmes et 4 115 enfants juifs dont beaucoup de nationalité française. Les policiers français séparent les enfants des mères. Des enfants sont laissés seuls à Pithiviers et à Beaune-la-Rolande avant d’être déportés.
http://lamaisondesevres.org/cel/cel1.html
Les rafles de l’été 1942 en zone libre, dont la grande rafle du 26 août 1942, sans participation allemande :
"Les rafles de l’été 1942 en zone libre. Un crime de l’État français". Témoignage de Paul Schaffer.
Rafle à Villeneuve-lès-Avignon, août 1942
Les Juifs à Marseille (1939-1942), du refuge au piège ; la rafle de Marseille en 1943 et la destruction du vieux port.

recensement des juifs de juin 1941 dans la zone non occupée : les juifs doivent se déclarer sous peine d’internement dans un camp spécial. En zone occupée, le recensement date du 27 septembre 1940

Rutabaga et topinambour : légumes non consommés en Allemagne donc non réquisitionnés par les Allemands

Service d’ordre légionnaire (SOL) : créé en 1942 par Joseph Darnand, vivier de la Milice

Solution finale : Endlösung, nom codé pour désigner l’extermination des juifs

spoliation des biens ou aryanisation économique : les biens des juifs sont confisqués, des familles sont expropriées.

Statut des juifs : cf. lois de Vichy. 3 octobre 1940, premier statut
2 juin 1941, deuxième statut des juifs de Vichy avec numerus clausus de 2 % pour les professions libérales et de 3 % pour l’Université

STO : service du travail obligatoire, loi du 16 février 1943, le gouvernement de Vichy convoque les jeunes nés en 1920, 1921, 1922 pour être envoyés travailler dans des entreprises allemandes
Le nombre des victimes est de 10 %
Jean Giboureau, un STO parmi tant d’autres :
http://www.cercleshoah.org/

Tondue :
Philippe FRÉTIGNÉ et Gérard LERAY, La Tondue 1944-1947, Vendémiaire, 2011

Tsiganes, Roms, Sinti :
Les noms des Tsiganes :

UGIF : Union générale des israélites de France, organisme créé par le gouvernement de Vichy, dépendant du Commissariat Général aux questions juives, institué à la demande des nazis, par la loi française du 29 novembre 1941, pour assurer la représentation des Juifs auprès des pouvoirs publics, pour des questions d’assistance, de prévoyance et de reclassement.
http://lamaisondesevres.org/cel/cel2.html

Yiddish : Langue d’origine germanique marquée par des importations de mots, des expressions et tournures hébraïco-araméennes, influencée par les langues slaves. Elle est écrite en caractères hébreux.
http://centre-medem.org/spip.php?rubrique124

Zone "libre" : partie située au sud de la ligne de démarcation, dépend de Vichy, zone dite libre. Au Nord, Zone occupée. Cf. carte
Zone Nord, Zone Sud : suite au débarquement allié en Afrique du Nord, La zone "libre" est envahie le 11 novembre 1942. Elle devient zone Sud et la zone occupée devient zone Nord. Il n’y a plus de ligne de démarcation.

Zone interdite  : au Nord et à l’Est de la France occupée, des territoires sont interdits. Les départements du Nord et du Pas-de-Calais sont rattachés au commandement militaire de Belgique et du Nord de la France.
Résistance, Internement et Déportation dans le Commandement militaire allemand de la Belgique occupée au Nord de la France

Zone italienne : Zone frontalière attribuée à l’Italie. Les juifs ne sont pas pourchassés. Les Allemands l’envahissent en septembre 1943 et déportent les Juifs
Les Juifs dans la zone d’occupation italienne

Cf. KASTELL Serge, Dictionnaire du français sous l’Occupation. Les mots de la Résistance, de la Collaboration et de la vie quotidienne, France-Belgique (1940-1945), Grancher, 2013, 495 p.

N.M. janvier 2010. revu mai 2013

Si vous avez une question : nicole.mullier_at_clionautes.org

- Vichy et les Juifs
Comment la France "Patrie des Droits de l’Homme" pour de nombreux réfugiés a -t-elle pu participer à la déportation des Juifs ?
Sur les 73 853 Juifs déportés de France en 74 grands convois, 2 600 ont survécu. 11 000 de ces déportés étaient des enfants, 2 000 avaient moins de 6 ans.
PHILIPPE Béatrice, Être juif dans la société française du Moyen Age à nos jours, Bruxelles, Complexe, 1997, 450 p.
POZNANSKI Renée, Être juif en France pendant la Seconde guerre mondiale, Paris, Hachette référence, 1994, 859 p.
Histoire des Juifs de France de Béatrice Philippe : un DVD-ROM :
http://www.juifs-france.fr/

[1Oeuvres en ligne sur le site du musée Felix Nussbaum d’Osnabrück, Felix-Nussbaum-Haus :
http://www.felix-nussbaum.de/werkverzeichnis/archiv.php?lang=en&

[2nom de code pour désigner la rafle de juifs, y compris les enfants, les femmes et les vieillards du 16-17 juillet 1942


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 6758 / 313290

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ressources pédagogiques  Suivre la vie du site Lexiques, chronologie   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.16 + AHUNTSIC

Creative Commons License