Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Les Einsatzgruppen. Procès de Nuremberg contre les Einsatzgruppen

dimanche 22 novembre 2020

« Ce jour-là, on fusilla plus de deux mille personnes. C’était le 12-2-42. On ne recouvrit pas la fosse. On attendait que revienne un convoi de Juifs de Méjirov, un bourg voisin. Deux policiers restèrent au bord de la fosse pour monter la garde. » Le livre noir

 Einsatzgruppen

Les Einsatzgruppen der Sicherheitspolizei und des SD ou EGr (groupes d’intervention de la police Kripo et Gestapo et des services de sécurité SD), sont composés d’éléments de la Ordnungspolizei, Gendarmerie. Ils sont formés et dissous selon les besoins.
Ils sont utilisés dès 1938 pour « sécuriser » les Sudètes, puis en 1939 dans la partie envahie de la Tchécoslovaquie. Ils suivent la Wehrmacht en Pologne, en septembre 1939, puis en URSS le 22 juin 1941, etc.

Les Einsatzgruppen (groupes et commandos d’intervention A, B, C et D), dans le cadre de la guerre à l’Est, accompagnent la Wehrmacht pour éliminer, avec l’aide de ses alliés locaux, dans un premier temps, les commissaires politiques « bolcheviks », « francs-tireurs », « saboteurs », les partisans, des civils, des soldats prisonniers de guerre, les Juifs, les Tsiganes, les asociaux, les malades, les handicapés.

« Outre les millions de victimes des combats, plus de 18 millions de civils polonais et soviétiques, dont plus de 4 millions de Juifs, ont péri. A côté des victimes « ordinaires » des combats, il y eut la mort de millions de prisonniers russes, des massacres de masse « par balles »(expression impropre), les camps d’extermination des Juifs (tous se trouvaient à l’Est), l’incendie de milliers de villes et de villages. » Cf. Christian Baechler

Il existe les Einsatzgruppen I, II, III, IV, V, VI nommés ainsi à l’origine. Ils sont réorganisés pour l’invasion de l’URSS en Einsatzgruppe A, B, C, D.
Un Einsatzgruppe comprend plusieurs Sonderkommandos (commandos spéciaux) et des Einsatzkommandos ou EK (commandos d’intervention) :

Einsatzgruppe A – avec armée Nord – 990 hommes - Heinz Jost
Einsatzgruppe B – avec armée Centre – 665 hommes - Arthur Nebe
Einsatzgruppe C – avec armée Sud - 700 hommes (Babyn Jar)
Einsatzgruppe D – avec la 11 ème armée - 600 hommes (Białystok )

ex. le groupe d’intervention dans les Pays Baltes, l’Einsatzgruppe A comprend les Sonderkommandos 1a et 1 b et les Einsatzkommandos 2 et 3. Leurs actions de tueries sont renforcés par les pogroms locaux— spontane Pogrome .

-  Carte des massacres avec lieux et dates  :
Karte_-Einsatzgruppen_in_der_Sowjetunion_1941.png/

Einsatzgruppen, Liepaja, Latvia, 1941, film pris par un soldat, muet, 1min. 42 : des hommes courent vers une fosse où ils sont abattus
http://www.ushmm.org/wlc/en/media_fi.php?ModuleId=10005130&MediaId=183

Einsatzgruppen, les commandos de la mort, film de Michaël Prazan, 2009

La guerre à l’Est est une guerre totale, à la fois nationale, idéologique et raciale, une guerre d’anéantissement.

 Procès des Einsatzgruppen à Nuremberg

Le procès des Einsatzgruppen pour crime contre l’humanité, crime de guerre et participation à des organisations criminelles a eu lieu à Nuremberg du 15 septembre 1947 au 10 avril 1948 devant un tribunal militaire américain.

Ohlendorf, Jost wikipedia

24 prévenus, Einsatzgruppenleiter der Schutzstaffel (SS). Sur 14 peines de mort prononcées, 4 condamnés exécutés dont Ohlendorf, SS-Gruppenführer, ancien chef de l’Amt III du RSHA [1] et Jost.
Les autres peines de mort sont commuées en peines de prison à vie. Libérés pour les derniers en 1958.

Le procureur :
Benjamin Ferencz, Mémoires de Ben, Michalon, 2012.
https://benferencz.org/

OGORRECK Ralf, Die Einsatzgruppen und die „Genesis der Endlösung“. Metropol, Berlin 1996. Les “Einsatzgruppen”. Les groupes d’intervention et la “genèse de la solution finale”, Calmann-Lévy, Paris 2007

KRAUSNICK Helmut, WILHELM Hans-Heinrich, Die Truppe des Weltanschauungskrieges - Die Einsatzgruppen der Sicherheitspolizei und des SD 1938–1942, Deutsche Verlags-Anstalt, Stuttgart, 1981

Cercle, PC N°23 Guerre et génocide des Juifs à l’Est de l’Europe, Conférence-débat du Cercle d’étude du 18 mai 2012 : conférence de P.-P. Preux, témoignages de M. Kahn, de L. Cain, I. Choko, É. Gricman, poèmes d’A. Cytrin, textes de M. Braunschweig, M.-P. Hervieu, J.-L. Landier, C. Monjanel, N. Mullier, A. Pasques, B. Vinatier.

Le Livre noir, Ilya Ehrenbourg et Vassili Grosmann, CR

Guerre et génocide des Juifs à l’Est de l’Europe

La « Shoah par balles » à l’Est : massacres de masse

Tueries et germanisation de l’espace à l’Est

Cartea neagra. Le livre noir de la destruction des Juifs de Roumanie

NM

[1L’Office central de sécurité du Reich (RSHA) est créé en 1939 par Himmler pour coiffer la Sipo, la police politique (Gestapo), la police criminelle (Kripo) et le service de renseignement de la SS.