Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Salsigne et les mineurs juifs déportés

Un hommage aux mineurs juifs de Salsigne, le jour de la Sainte Barbe
dimanche 7 février 2021

Dans l’Aude, le 31 janvier 1944, des soldats allemands raflent des mineurs juifs à Salsigne.

  Sommaire  

 Salsigne

Dans la Montagne Noire, une mine d’or a été exploitée de 1892 à sa fermeture en 2004.


Salsigne. Photo Francis Bellin, décembre 2020


Le jour de la Sainte-Barbe, la patronne des mineurs, le 4 décembre 2020, Robert Montané, ancien mineur et délégué syndical CGT, avec la bannière des mineurs de Salsigne rend hommage aux treize mineurs juifs arrêtés le 31 janvier 1944 à la mine par les Allemands et René Bach.

Robert Montane dépose treize roses jaunes symbolisant la mémoire des 13 victimes.
La couleur jaune c’est pour rappeler l’étoile de David que les mineurs devaient mettre sur leur poitrine.

Le 31 janvier 1944, les travailleurs juifs étrangers sont arrêtés.
Les treize mineurs sont envoyés au camp de Drancy et déportés, le 10 février 1944 par le convoi 68, celui d’Ida Grinspan.
Ils meurent à Auschwitz.

Seul Mayer Stern revient. Il témoigne au procès de de la Cour d’assise de l’Aude.
René Bach, agent français au SD qui a assisté aux arrestations, est mis en accusation en 1946, assassinat, vol, et trahison.
Un témoin, Benno Feldmann a réussi à se cacher.
http://musiqueetpatrimoinedecarcassonne.blogspirit.com/archive/2020/12/06/aux-mineurs-juifs-de-la-mine-de-salsigne-deportes-le-31-janv-3157702.html
Cf Blog Musique et patrimoine de Carcassonne :
http://musiqueetpatrimoinedecarcassonne.blogspirit.com/archive/2016/09/15/arrestations-et-assassinats-des-juifs-de-la-mine-de-salsigne.html

 Nord-Pas-de-Calais

A Liévin, le 4 décembre et dans le bassin minier, c’était la fête de Saint Barbe, protectrice des mineurs. Il n’y avait pas d’école ce jour-là.

  • Le groupe de résistance intègre des mineurs, des étudiants et des instituteurs, dont Charles Debarge, chef FTP, dès 1940.
    La grève des mineurs du Nord-Pas-de-Calais a duré du 27 mai au 10 juin 1941.
    Les mineurs sont encadrés par des militants communistes. Les femmes, comme Martha Desrumaux, jouent un rôle actif.
    Le bilan : plus d’une centaine d’arrestations, des exécutions et la déportation de 270 personnes. Les mineurs ont une augmentation.
    Roger Collewaert, La grève héroïque des mineurs en 1941 : Pour la patrie et pour leur pain, Paris, Editions sociales, 1949
  • « Tragédie à la mine » le 27 décembre 1974 à la fosse 3 dite Saint-Amé, dans la veine dite « Six Sillons », à Liévin [1], suite à un coup de grisou qui a mis le feu à des poussières, 42 mineurs perdent la vie. Les mineurs mettent en cause l’absence d’aérage dans ce secteur après la pause de Noël.
    Mineur, héros ou martyr, INA :
    https://fresques.ina.fr/memoires-de-mines/parcours/0002/le-mineur-heros-ou-martyr.html
    Bruno Mattéi, Rebelle, rebelle ! : révoltes et mythes du mineur, 1830-1946, Seyssel, Champ Vallon, 1987.

Martha Desrumaux
NM

[1Siège 19 du groupe de Lens-Liévin