Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 564
Maternité d'Elne, château d'En Bardou - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Maternité d’Elne, château d’En Bardou

lundi 13 mai 2019

Elisabeth Eidenbenz, engagée du côté des Républicains pour le Secours suisse aux enfants victimes de la guerre, arrive d’Espagne dans le Roussillon.

Le château d’En Bardou, une maternité qui accueillait des mères réfugiées de la guerre d’Espagne, des Tsiganes et des mères juives.

La maternité d’Elne dans les champs d’artichauds Photo UH

A Saint-Cyprien, Argelès ou Rivesaltes, des mères accouchent dans des conditions dramatiques, sur le sable, sans hygiène. Le taux de mortalité des mères et des enfants est effrayant.

Les camps français d’internement de la zone sud

La « Maternité suisse d’Elne » 1939-1944
Elisabeth Eidenbenz [1], institutrice, protestante, a fait partie de l’aide aux enfants en Espagne. Elle organise une maternité dans un vieux château en ruine pour les femmes des camps du sud de la France.
Les camps français d’internement de la zone sud
De jeunes infirmières suisses volontaires, appelées « sœurs » sont aidées par une sage-femme locale.

Des femmes enceintes et des enfants espagnols sont accueillis, des mères juives et des enfants, des Tsiganes. La maternité doit se conformer à une certaine neutralité. Elisabeth Eidenbenz donne des faux noms à des enfants, cache des mères. La Croix rouge veut faire fermer la maternité sous prétexte d’obéir aux lois de Vichy, mais Elisabeth continue à venir au secours des enfants jusqu’à la réquisition des locaux par les Allemands.

Environ 600 enfants de 23 nationalités différentes y sont nés.
Aujourd’hui de nombreux catalans visitent ce lieu de mémoire.

Le sauvetage des enfants cachés durant la dernière guerre
Le personnel médical est composé d’une à quatre jeunes infirmières suisses volontaires, appelées « sœurs », qui se relaient tous les 3 mois. Elles sont aidées ponctuellement par une sage-femme locale qui est rémunérée pour les accouchements

Assumpta MONTELLA, La Maternitat d’Elna, AraLlibres, 2005
https://memoriadelexilio.wordpress.com/recursos/assumpta-montella/elisabeth-eidenbenz/
Hélène LEGRAIS, Les Enfants d’Elisabeth, Presses de la Cité, 2007
Tristan CASTANIER I PALAU, Femmes en exil, Mères des camps, Elisabeth Eidenbenz et la Maternité Suisse d’Elne (1939-1944), éditions Trabucaire, 2008

La Maternité d’Elne, documentaire de Frédéric Goldbronn, 2002, 56 minutes
Frédéric Goldbronn a retrouvé une vingtaine d’enfants nés dans ce lieu, des mères et des membres du personnel :
http://f.rosolato.free.fr/elne.html

Association Dame : descendants et amis de la maternité d’Elne
http://www.maternitesuissedelne.com/association-dame.html

La maternité suisse d’Elne (Pyrénées-Orientales) 1939-1944

Association los Hijos e Hijas de Republicanos Españoles y Niños del Exilio (FFREEE)

http://memoriadeloshijosynietos.blogspot.com/

http://www.exiliadosrepublicanos.info/es/enlaces

NM

[1Juste parmi les nations en 2002