Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Annette Beaumanoir, résistante, Juste, anticolonialiste, engagée dans le FLN

Annette, une épopée d’Anne Weber
mardi 8 mars 2022

Une héroïne oubliée. Née en 1923 dans les Côtes-du-Nord, décédée le 4 mars 2022.
Hommage à Annette BEAUMANOIR Résistante de la guerre 39-45 et défenseure du peuple algérien pour son indépendance, Juste parmi les nations, sur le plateau des Glières, 29 mai.

Annette Beaumanoir, bretonne engagée dans la résistance à 17 ans, neurobiologiste et psychiatre.

Elle devient résistante en Bretagne, Paris et Lyon. Des petites choses, porter un paquet, trop jeune. Elle lit Malraux. Les Conquérants.
A Paris, contact, Roland, faire des collages, un lâcher, instructions. Elle apprend. Résistante communiste.
Alors que le PC interdit toute action personnelle, pour ne pas mettre en danger ses sympathisants, Annette avec Roland, sauve un nourrisson et deux adolescents juifs, ce qui les met en difficulté. Elle obtient la Médaille des Justes [1]. Le PC les envoie à Lyon et les oublie. Roland (Rainer Jurestal), FTP, se fait tabasser-exécuter, par un berger et sa famille-la Milice, à Saulzet-le-Froid (région de Clermont).
Annette est à Lyon. Son agent de liaison est communiste. Il travaille pour les gaullistes. Elle s’occupe des liens avec les maquis.
Parachutages. Le débarquement de Provence. La libération de Marseille. Les comités d’épuration.

Elle aurait pu être une héroïne, mais la résistante, qui a le sentiment qu’elle se trouve du côté des tortionnaires, apporte son aide au FLN.
Les évènements d’Algérie. Les porteurs de valises. Elle voyage beaucoup.
Elle est arrêtée en 1959. Dénoncée. Elle est en prison aux Baumettes avec les Algériennes, avec Djamila Bouhired. Elle est enceinte. Vidal-Naquet (le frère) et Kiejman sont ses avocats. Elle est autorisée à rentrer chez elle, sous surveillance. Elle s’évade.

Médecin, mariée, deux enfants, puis trois, elle est condamnée à 10 ans de prison par un tribunal militaire, il n’y a pas d’amnistie pour les Français engagés au FLN.

Elle s’est évadée, est passée en Tunisie, puis en Algérie où elle soigne les blessés. Après l’Indépendance de l’Algérie, elle participe au gouvernement de Ben Bella, au ministère de la Santé du docteur Nekkache, puis elle doit fuir en Suisse au coup d’État militaire de Boumédienne, en 1965.
Elle attend une amnistie longtemps.

« Je me révolte, donc je suis. »
co-présidente d’honneur du Conseil national de la Nouvelle Résistance
( Cf. Citoyens Résistants d’hier et d’aujourd’hui ) CRIA
27 mai 2020 Journée nationale de la Résistance.
https://www.ledauphine.com/haute-savoie/2015/05/24/entre-800-et-1000-personnes-aux-glieres-pour-paroles-de-resistances

Anne Weber a fait paraitre une biographie sur Anne Beaumanoir, écrite sous une forme poétique, en vers libres. Annette, une épopée, éditions du Seuil, 2020 et en allemand Annette, ein Heldinnenepos, Matthes & Seitz, 2020. Elle l’a écrite sous deux versions, en allemand puis en français.
Une héroïne, pour le titre allemand.

Une vie d’Annette, documentaire par Nina et Denis Robert en 2018, France 3.

« Annette, une épopée » d’Anne Weber, rencontre littéraire à Marseille, 12 octobre 2021 :
https://www.youtube.com/watch?v=gJT7r8Qp4gs

Au Musée d’histoire de Marseille, rencontre : https://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article8886

Anne Beaumanoir, Le Feu de la mémoire. La Résistance, le communisme et l’Algérie, 1940-1965, Paris et Saint-Denis, éditions Bouchène, 2000 ; réédité en 2009.
Anne Weber, Annette, une épopée, Seuil, é020, 240 p.
A travers le portrait d’une femme engagée au destin hors norme, résistante de 17 ans, en Bretagne, à Paris et à Lyon, dans les réseaux de Jean Moulin, rôle de la mémoire du communisme et de l’anticolonialisme.
https://www.franceculture.fr/oeuvre/le-feu-de-la-memoire

http://clioweb.canalblog.com/tag/beaumanoir

Une biographie très complète :
https://maitron.fr/spip.php?article150461

Anne Beaumanoir n’est pas dans la liste de l’INA.
Algérie, 66 témoins
http://clioweb.canalblog.com/archives/2022/03/03/39370053.htmlhttp://www.citoyens-resistants.fr/index.php
NM

[1avec ses parents qui ont caché les deux ados

[2Dieulefit. La secrétaire de mairie, 22 ans, Jeanne Barnier, qui, en janvier 1941, se voit demander des faux-papiers, elle aide à sauver près de 2000 personnes.