Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Résistance à Toulouse

mardi 22 mars 2022

« La mémoire est le ciment de notre unité nationale. »

Raymond Naves, Silvio Trentin, Jean Cassou, François “Forain” Verdier, Marie-Louise “Françoise” Dissard, Pierre Bertaux, Jean-Pierre Vernant, Marcel Langer, Jean Phillipe, Henri Lion, Marcel Taillandier, Serge Ravanel, Robert Marcault et d’autres

Résistance à Toulouse
http://clioweb.canalblog.com/archives/2018/08/23/36649624.html

Toulouse, mémoire des rues

13 rue Alsace-Lorraine Toulouse. Photo F Bellin
  • Ariane Fiksman, 11 rue de la Pomme, Toulouse,
    Le 22 juillet 1944, Ariane Fiksman, d’origine russe, fille d’ Alexandre Scriabine, a fondé avec son mari, David Knout, l’organisation secrète l’Armée Juive (AJ) à Toulouse) dite “Armand Jules” qui devient l’OJC (Organisation Juive de Combat) [1]. Elle fait passer des juifs en Espagne pour qu’ils rejoignent la Palestine.
    Ariane Fiksman se rend accompagnée de Raoul Léons (lieutenant du maquis Armée Juive de la Montagne Noire dans un appartement servant de cache et de boite aux lettres aux résistants. Mais la milice qui a repéré le lieu, les attend. Ariane est touchée d’une balle en plein cœur, Thomas Bauer, sur les lieux, est gravement blessé. Raoul Léons, blessé, s’échappe, participe aux combats de la libération de Toulouse, et devient chef de bataillon d’un régiment F.F.I.
  • 40 rue de la Pomme



    Photo Francis Bellin, 2020

    La Toulousaine Marie-Louise Dissard, dite « Françoise » a organisé le passage vers l’Espagne de 700 aviateurs alliés. Elle prend contact avec le « Réseau Bertaux ». Puis avec Pat O’Leary pour faire passer des aviateurs anglais ou américains par les Pyrénées.
    Elle est l’une des rares femmes en France à avoir dirigé un réseau de Résistance, dit « Françoise ».
























  • Yvonne Curvale s’engage aux côtés de son mari architecte, Albert Curvale (Liberté, Egalité, Fraternité) puis Libération Sud, agent de renseignement, réseau d’évasion Gallia...
    Dans la nuit du 13 au 14 décembre 1943, « opération de minuit » contre les résistants, de Toulouse à Foix, de Mirande à Caussade.
    Arrêtée à la place de son mari, internée à la prison Saint Michel, elle est déportée en janvier 1944 à Ravensbrück.



    On compte 9000 femmes résistantes...et combien de femmes pas homologuées
    Monument pour symboliser la déportation des femmes à Ravensbrück, UH

    https://www.ladepeche.fr/2021/03/11/toulouse-des-visites-guidees-sur-les-femmes-resistantes-ce-samedi-9421603.php


  • Plaque pour le colonel d’aviation Cahuzac, 40 Rue Valade, 31000 Toulouse
Cahuzac, Francis Bellin



Pierre Cahuzac, pendant la guerre d’Espagne, ayant des connaissances en matériels aéronautiques, participe à des livraisons françaises aux républicains espagnols organisées depuis le ministère de l’Air.
Mis en congé en 1940, car maçon, par le gouvernement de Vichy, puis exclu de l’armée en novembre 1941. Il est au LEF, groupe Liberté-Egalité-Fraternité, puis à Libération sud. L’homme de la résistance toulousaine, au début, fut le colonel Cahuzac déporté à Buchenwald par le convoi parti de Compiègne le 27 avril 1944, décédé le 29 juin 1944.
















  • François Verdier dit Forain
  • Marcel Langer, luif, étranger et communiste, condamné à mort par la section spéciale de la Cour d’appel de Toulouse, guillotiné à la prison de Saint Ange...
  • Pierre BERTAUX, professeur d’allemand, participe avec Silvio Trentin aux actions en faveur des Espagnols.
  • Silvio Trentin, exilé à Toulouse, ouvre une librairie située rue du Languedoc. Après la chute de Musssolini en 1943, il rentre en Italie pour combattre les armées nazies, mais arrêté, emprisonné, il meurt en mars 1944.
  • Maurice Dide, médecin, met en place en juillet 1940, une filière pour faire passer les officiers anglais en Espagne, puis en Angleterre. Déporté à Buchenwald.
  • Marcel Taillandier dit Ricardo, Morhange







  • rue des Martyrs de la Libération

    Tombés sous la torture au siège de la Gestapo à Toulouse

    une photo prise dans Toulouse, par Francis Bellin, juin 2021
    Stéphane Boltar, né en 1908 à Cargoro / Italie, décédé le 18/08/1944 à Toulouse.
    Lucien Béret, né le 31-05-1907 à Toulouse, mort pour la France le 17-10-1943 à Toulouse, sous la torture, employé au centre de tri postal de la gare Matabiau
    Léo Hamard, jeune policier du réseau « Morhange », torturé dans les caves de la Gestapo jusqu’à la mort.
    Georges Escharry, lâchement assassiné
    Lazarre Fridman

































  • Le siège de la Gestapo

Le « petit chateau » ses murs ont abrité entre mars 1943 et août 1944 le siège de la Gestapo, la police secrète de l’Etat nazi, à Toulouse.
Le château abrite les services administratifs de la Gestapo et de la Sipo-SD, le service de renseignement de l’armée allemande.

https://www.ladepeche.fr/article/2014/09/15/1951635-petit-chateau-horreur-encore-livre-tous-secrets.html



  • 1, allée Frédéric Mistral une partie de la maison est affectée à l’Oeuvre de secours des enfants pour les enfants juifs orphelins, cachés durant l’Occupation.

Toulouse, Mémoire de rues, Édition mairie de Toulouse, Conception et réalisation : agence Ballon Rouge, 2008






  • Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de Toulouse, 52, allée des Demoiselles 31400 Toulouse
    Salle du Musée de la Résistance à Toulouse UH, juillet 2021

    « un lieu d’expression des luttes et de la citoyenneté d’hier, d’aujourd’hui et de demain. »
    CNRD 2022
    « La fin de la guerre. Les opérations, les répressions, les déportations et la fin du IIIème Reich (1944-1945). »

Casier Vernant

Un système de fiches explicatives renvoie aux documents :
http://musee-resistance.haute-garonne.fr

http://musee-resistance.haute-garonne.fr/_resources/CNRD%25202019/Toulouse%2520Memoire%2520de%2520rues%25202008.pdf

Un musée bien fait, avec des documents gratuits de qualité.

MDR&D, Toulouse

Famille Siedlecki-Bornstein, Carmen résistante

Le « train fantôme » du 3 juillet 1944 de Toulouse à Dachau

Monument aux Résistants

Toulouse, juillet 2021 UH

Liste de résistants homologués :
http://www.museedelaresistanceenligne.org/musee/doc/pdf/ressource_source/SHDGR_16P_BL-BZ.pdf



Ressources diverses

http://clioweb.canalblog.com/tag/Toulouse

Raymond Levy et Claude, le frère de celui-ci, et de leur groupe de Résistance, la brigade FTP-MOI Marcel Langer, de Toulouse s’évadent du train fantôme. cf. Les Enfants de la liberté, de Marc Levy. Ed. Robert Laffont, 440 p.

  • Le Corps franc Pommiès
    Le Corps franc Pommiès (CFP) est l’un des principaux éléments de l’ORA (l’Organisation de Résistance de l’Armée) dans le Sud-Ouest, créé par le Capitaine André Pommiès.
    « Partis des Pyrénées, ils traversèrent le pays pour rejoindre l’armée du général de Lattre venue d’Afrique et continuèrent jusqu’en Allemagne. Des combats du Sud-Ouest à ceux des Vosges, d’Alsace et d’Allemagne, jusqu’à l’intégration du Corps franc à la Ire armée française »

La création du Bataillon Metz dans la région de Toulouse :
http://comebal.free.fr/BIAL_Free/La_Brigade_Articles_files/Bataillon_Metz_Fp.pdf

  • Le discours de Monseigneur Saliège « Dans notre diocèse, des scènes d’épouvante ont eu lieu dans les camps de Noé et de Récébédou. »...

Louis Torcatis, catalan, instituteur, résistant, humaniste

Histoire de la Résistance

Édouard Perroy
Le 17 janvier 1945, Pierre Caron, responsable de la commission pour l’Histoire de la Libération qui venait d’être créée, le 20 octobre 1944, sollicita son concours pour l’organisation de la commission. Édouard Perroy fut détaché pour huit mois afin de créer et animer la commission d’histoire de l’Occupation et de la libération de la France, fonction qu’il occupa de février 1945 à la rentrée universitaire de 1946, son traitement étant pris en charge par la Commission. Il commença alors à recueillir des témoignages et des documents sur les acteurs de la Résistance et de la guerre.

  • Base de données 600 000 noms :
    [https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php?laref=1214&titre=memoires-des-hommes-s-enrichit-de-600-000-noms->https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php?laref=1214&titre=memoires-des-hommes-s-enrichit-de-600-000-noms" class='spip_out' rel='external'>https://maitron.fr/spip.php?article152356
  • NM

    [1Cf. Jacques Lazarus, Juifs au Combat, Jacques Lazarus

    [2en souvenir de la 35e division de mitrailleurs en Espagne