Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 580
La résistance juive - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

La résistance juive

jeudi 6 décembre 2018

"Qui nous tirera de là sinon nous-mêmes, jeunes juifs ?"
Les Maquis dans les monts de Lacaune, Tarn.

Nous avons sombré dans un gouffre de malheurs.
Qui nous tirera de là sinon nous-mêmes, jeunes juifs ?

Lettre à un jeune juif, Léo Cohn [1]

 Résistance

Rafle de juifs à Lacaune en août 1942

  • Les Maquis dans les monts de Lacaune, ou les maquis du Vabre à l’est de Vabre dans le Tarn, avec d’un côté Le Club athlétique vabrais, des protestants et des EIF de Gamzon, éclaireurs israélites de France.
    Ceux-ci sont répartis en trois compagnies, à Lautrec où ils forment un maquis dans une ferme abandonnée, qui devient trop petite. En 1943, des jeunes de 18 à 27 ans s’installent à La Malquière et à Lacado, dans les monts de Lacaune, d’autres au maquis de Larroque à Lafarasse.

À Vabre fut constitué le seul maquis juif de France qui fit le coup de feu aux côtés des protestants et des catholiques, protégés par le silence complice des Vabrais qui, de leur côté, hébergeaient des familles juives.

- Le maquis EIF a pris le nom de Compagnie Marc Haguenau du nom d’un chef responsable du « Service social des jeunes », torturé par la Gestapo, s’est défenestré, à Grenoble. Les enfants sont cachés sous de fausses identités. De nombreux chefs scouts ont pris le maquis au sein d’un groupe qui se constituera en « Compagnie Marc Haguenau » .
« maquis d’attente » du débarquement, le problème c’est les armes.
Les maquisards récupèrent des armes au cours de parachutages à Lautrec, sur le terrain de parachutage, Virgule  [2], sur la commune de Viane, en 1944. La Compagnie Marc Haguenau a eu la charge de recevoir les armes parachutées soit 9 tonnes de matériel, à Laroque et Lacado. Les largages attirent l’attention des Allemands qui attaquent et font plusieurs morts.
La compagnie se regroupe, harcèle les Allemands.

Les maquis de Vabre prennent le nom de Corps Francs de Libération n° 10, affilié à l’AS et aux FFI.
Guy de Rouville dit Pol Roux, est le chef du maquis de Vabre qu’il rattache aux MUR.

Le 19 août 1944, la 2e Cie participe à l’attaque d’un train allemand qui remontait vers le Nord, à Labruguière

La compagnie participa aux combats pour libérer les villes de Castres et de Mazamet. L’entrée à Castres est triomphale, le 21 août 1944.

Des membres de la Compagnie Haguenau s’engagent dans la poursuite de la guerre, dans le Corps-franc Bayard commandé par Dunoyer de Segonzac [3] remontent dans les Vosges et vont jusqu’au lac de Constance, raconte Alain Gensburger.

https://maquisdevabre.wordpress.com/

  • EIF

Roger Fichtenberg fonde avec d’autres la branche clandestine du mouvement, la « Sixième » : son totem, « Jaguar », sera son nom de guerre. À partir de Moissac (Tarn-et-Garonne), quartier général des EIF, l’organisation clandestine met en œuvre le sauvetage de milliers d’enfants juifs. Il participe avec les FFI à la libération d’Agen.
Roger FICHTENBERG, Journal d’un résistant juif dans le Sud-Ouest, Editions Le Manuscrit, 2015
Action des organisations juives auprès des enfants

 des Organisations

Les Justes : Chambon sur Lignon, Dieulefit, St Christophe des bois

- MJS (Mouvement de la jeunesse sioniste)
En mai 1942, le Mouvement de la jeunesse sioniste (MJS) est créé par Simon Levitte et Dika Jefroyki.
Créé en septembre 1942 à l’initiative des résistants membres des Francs-tireurs et partisans - Main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI), le Mouvement national contre le racisme (MNCR) est un mouvement dont la vocation est de réunir des résistants juifs et non-juifs pour des actions à caractère humanitaire : cacher des enfants qui risquent la déportation, organiser des évasions et le passage des frontières, fabriquer des faux-papiers.
- Josué Lifshitz (dit Henri Robert Champagnac dans la Résistance). Ancien soldat en Palestine britannique, il entre en contact avec Robert Gamzon (Castor) et Georges Garel, il est à la tête de la Sixième-EIF adultes. Il adhère à l’AJ (Armée Juive). Arrêté à Périgeux il est emprisonné et délivré par les FFI en 1944.
Jeanine Kahn Lifshitz est engagée à Marseille par l’OSE (Oeuvre de secours aux enfants) comme assistante sociale. Elle rejoint le réseau Garel. Devant convoyer des enfants, elle est arrêtée en 1944 à Lyon et internée au fort Montluc.

Le réseau Garel de l’O.S.E. avait la charge des enfants de moins de 15 ans.
Le sauvetage des enfants cachés durant la dernière guerre
OSE, oeuvre de Secours aux Enfants

Comité rue Amelot
Les jeux de la mort et de l’espoir : Auschwitz-Jaworno-Auschwitz, 50 ans après, Henry Bulawko
- Union des Juifs pour la Résistance et l’Entraide
Historique :
http://ujre.monsite-orange.fr/page2/index.html
siège au 14 rue de Paradis
http://ujrehttps://www.cercleshoah.org/ecrire/?exec=article_edit&id_article=644#.monsite-orange.fr/
- Armée Juive [4]reconnue sous le nom d’Organisation Juive de Combat.
"Organisation Juive de Combat", 2002,
Revue d’Histoire de la Shoah, "Les éclaireurs israélites de France dans la guerre", n° 161, 1997
- "Les maquis juifs du Tarn, basés à l’Espinassier pour l’Armée
Juive et à Vabre pour les Éclaireurs Juifs de France
cf Jacques Lazarus

 Médiagraphie

livre J. Lazarus

LAZARUS Jacques, Juifs au Combat, témoignage sur l’activité d’un mouvement de résistance, (Capitaine Jacquel) chef du groupe parisien de l’Organisation Juive de Combat, Centre de Documentation Juive Contemporaine, Série « Etudes et monographies » n°9, Editions du Centre, Paris, 1947, 153 p.
Juifs au Combat, Jacques Lazarus
LOINGER Georges, Sabine Zeitoun, Les résistances juives pendant l’Occupation, Préfaces de Simone Veil, Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Serge Klarsfeld et André Kaspi, Albin Michel, 2010.
Le sauvetage des enfants cachés durant la dernière guerre
Résistances juives en particulier à Chambon-sur-Lignon, à Dieulefit et à Moissac :
DELPAL, MARRUS, RÉSEAU MÉMORHA, Résistances juives : Solidarités, réseaux, parcours , édition Moissac, ville de Justes oubliée, Lyon, éd. Libel, 2018.
LATOUR Annie, La résistance juive en France, Paris, Stock, 1970, 301 p.

Claude Berthie : « Eclaireur de France » et Résistant dans l’Armée Secrète, réseau de résistance Gallia, a comme activité la collecte de renseignements : http://www.memoresist.org/resistant/claude-berthie/
WATTENBERG Frida, Organisation juive de combat : Résistance-sauvetage. France 1940-1945
http://www.juifs-en-resistance.memorialdelashoah.org/la-resistance-juive/les-mouvements/les-eclaireurs-isra%C3%A9lites-de-france.htm
Le Maquis des juifs, documentaire d’Ariel Nathan, 2015, 52 min.
http://www.letarnlibre.com/2014/05/16/801-guy-rouville-ans-dernier-resistant-montagne-tarnaise.html

Presse nouvelle

https://www.arte.tv/fr/videos/050356-005-A/mysteres-d-archives/

[1Léo Cohn est déporté par le convoi 77 du 31 juillet 1944

[2Message BBC," Le chargeur n’a que 20 balles"

[3le 12ème Régiment de Dragons de Reconnaissance sous les ordres du Colonel Dunoyer de Segonzac.

[4Il s’agit d’une structure militaire dont le but principal est de résister par les armes (création de maquis) et par les sauvetages des Juifs (faux papiers, planquage, passages de frontières) et d’aider à la fondation d’un État juif en Palestine.