Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Seweryna Szmaglewska, La fumée au dessus de Birkenau

Un livre comme preuve au procès de Nuremberg
mardi 16 février 2021
Seweryna Szmaglewska est née le 11 février 1916 à Przygłów à 50 km de Łódź, à 10 km de Piotrków Trybunalski (Petrikau en allemand) [1]. Elle suit des cours de littérature à Cracovie et à Łódź pour devenir enseignante.

Avec l’occupation de la Pologne par les Allemands, elle travaille comme infirmière à Piotrków et enseigne illégalement.
Elle rejoint la résistance étudiante en 1940 en s’occupant d’une bibliothèque clandestine de littérature polonaise. Arrêtée par la Gestapo, elle est jetée en prison à Radom.
Déportée à Auschwitz-Birkenau, elle est enregistrée sous le numéro 22090 le 6 octobre 1942, internée de 1942 à 1945 à Birkenau. Elle travaille dans la section « Canada » au tri des effets des déportés.
Elle s’évade au cours des Marches de la mort, d’Auschwitz à Groß-Rosen le 18 janvier 1945 à Wodzisław Śląski, près de la frontière tchèque.
Elle rejoint Varsovie.




Elle écrit dès son retour : « Je me levais tous les jours à cinq heures et j’écrivais d’un seul coup jusqu’au crépuscule ».

Seweryna Szmaglewska écrit le premier livre de témoignages sur le camp, La fumée au dessus de Birkenau (Dymy nad Birkenau) en 1945, éd. spoldzielnia wydawnicza.

Elle dépeint tantôt la vie quotidienne à Birkenau de son propre point de vue, tantôt du point de vue des autres prisonnières - car « chacune des femmes est un atome dans une grande entité non coordonnée appelée camp ». Elle décrit le quotidien du camp : les poux, les lambeaux de vêtements, la boue, les rats, « l’organisation », les maladies, typhus et dysenterie, la peur du « Revier » baraque des malades où l’on disparait, des gardiens ivres, des Funktionshäftlinge qui sont parfois aussi sadiques que les SS.





Seweryna Szmaglewska a été une des seules femmes polonaises à comparaître comme témoin au procès de Nuremberg. Cf. jour 69.
Cf. https://www.youtube.com/watch?v=oLAPq5Ydg5U

Nuremberg Opening Statement-75th Anniversary Reading :
https://www.roberthjackson.org/

La résistante italienne, déportée à Auschwitz, Liana Millu, a publié Il fumo di Birkenau, en 1947. Ce livre a le même le titre « La fumée sur Birkenau ». Mais personne n’a fait la comparaison alors.

Le livre Dymy nad Birkenau n’a pas été traduit en allemand pendant longtemps, sans doute par anticommunisme. Les histoires d’Auschwitz, c’était celles de Tadeusz Borowski, de Primo Levi ou d’Imre Kertész.

À Berlin et à Munich, des cercles s’intéressent aux écrits de la poétesse Seweryna Szmaglewska.
La nouvelle Czarne Stopy sur un camp de scouts qui se surnomment Black Feet, le nom d’une tribu indienne, est devenue un film en 1987.

En 2020, le livre Dymy nad Birkenau (Les fumées sur Birkenau), est traduit en allemand : Die Frauen von Birkenau (Les femmes de Birkenau [2] ), 456 p.

Elle a vu les colonnes de personnes sorties des trains, s’évanouir dans le ciel sous la forme d’une fumée épaisse et malodorante issue des cheminées des crématoires.

La vie et les souffrances des femmes détenues :
https://www.tagesspiegel.de/kultur/leben-und-leiden-weiblicher-haftlinge-4233598.html

Article Dymy nad Birkenau, Uniwersytet Łódzki, Polska
Realism in the service of (unattainable) objectivism. Seweryna Szmaglewska’s Smoke over Birkenau
https://www.researchgate.net/publication/299021166_Realizm_w_sluzbie_nieosiagalnego_obiektywizmu_Dymy_nad_Birkenau_Seweryny_Szmaglewskiej

Seweryna SZMAGLEWSKA, Die Frauen von Birkenau, traduit du polonais par Marta Kijowska, Frankfurt am Main, Schöffling & Co, 2020

https://www.schoeffling.de/res/pdf/prospekte/Prospekt_Szmaglewska_Birkenau.pdf

Seweryna SZMAGLEWSKA, (Dymy nad Birkenau, 1945 ; Smoke over Birkenau, New York,Henry Holt, 1er edition 1947, 386 pages.

https://bookshop-oswiecim.com/product/smoke-over-birkenau-seweryna-szmaglewska/?v=9b7d173b068d

https://facesofauschwitz.com/gallery/seweryna-szmaglewska/
https://www.faz.net/aktuell/feuilleton/buecher/lagerbericht-aus-polen-der-zweite-rauch-ueber-birkenau-16006389.html?printPagedArticle=true#pageIndex_0

NM

[1Piotrków Trybunalski est le premier ghetto établi par les nazis en Pologne le 8 octobre 1939 dans la voïvodie de Łódź.

[2la fumée n’apparaît plus dans le titre pour des raisons de droits d’auteur.