Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

AMSELLEM Berthe

dimanche 11 avril 2021

AMSELLEM Berthe, 28 ans en juin 1944, survivante

Berthe Amsellem est née le 23 août 1915 à Tlemcen en Algérie. Française, elle était mariée mais séparée de son mari depuis plusieurs années. De profession culottière, elle habitait à Paris, 139 rue Oberkampf dans le 11ème arrondissement. Elle est arrêtée rue de la Roquette le 7 juin par des inspecteurs de police de la SEC. Cette section d’enquête et de contrôle, est la police du Commissariat général aux questions juives. Elle est constituée de collaborateurs notoires qui travaillent en liaison avec la Gestapo. Les arrestations sont effectuées au hasard, dans la rue ou souvent sur dénonciation, au domicile de la personne ou sur son lieu de travail. Dans le cas de Berthe Amsellem, il s’agit d’une arrestation sur la voie publique.

Son rapport d’arrestation dit que « les inspecteurs ont interpellé une femme au faciès spécifiquement judaïque ». Elle, dit qu’il s’agit d’une filature après une distribution de tracts et un collage d’affiches. En effet, elle faisait partie du Front National, un mouvement de résistance lancé par le parti communiste en mai 1941. D’ailleurs, il est dit dans son rapport d’arrestation, qu’interrogée, elle reconnaît être de religion juive mais ne pas s’être faite recenser pour échapper aux lois en vigueur à l’égard des Juifs. Elle est alors conduite au dépôt, la prison temporaire de la Préfecture de police, puis internée au camp de Drancy le lendemain de son arrestation, le 8 juin 1944. La fiche du carnet de fouille de Berthe Amsellem dit qu’elle remet au chef de la police du camp la somme modique de 166 francs, puisque chaque interné devait remettre argent et objets de valeur à son arrivée au camp. Elle passe trois semaines à Drancy avant d’être déportée le 30 juin 1944. Elle est conduite à la gare de Bobigny avec 1153 internés destinés à être déportés vers le centre de mise à mort d’Auschwitz-Birkenau dans le 76ème convoi de déportés juifs partis de Drancy.

Le voyage qui dure quatre jours est insupportable du fait de la chaleur de l’été. Le convoi arrive à l’intérieur du camp, sur ce que l’on appelle la « rampe » d’Auschwitz où a lieu la sélection. Les travaux de Serge Klarsfeld ont permis de savoir que parmi les femmes de ce convoi, 272 sont immédiatement gazées et 223 sont déclarées ͧ« aptes ͧ au travail. Le nombre de femmes désignées pour ce travail d’esclave, près de la moitié, est beaucoup plus élevé que celui des transports précédents. Un délai de survie leur est ainsi accordé car Les camps deviennent, en 1944, un vivier de travailleurs pour l’industrie de guerre.. L’autre moitié du convoi, les malades et les enfants, dits »inaptes" au travail, sont gazés immédiatement après l’arrivée.
Ainsi, elle entre au camp de femmes de Birkenau le 4 juillet 1944. Berthe Amsellem est désormais nommée par son numéro matricule A-8519.

Le 18 Octobre, elle figure dans le rapport du Block 22 du camp de femmes de Birkenau (voir document ci-dessous). Rapport précieux car c’est seul cahier de Block retrouvé au camp de Birkenau et qui répertorie les femmes internées dans cette baraque par ordre alphabétique, en y indiquant leur nationalité, leurs noms et prénoms, leur âge et les remarques à leur sujet. Berthe Amsallem est notée comme Française juive, âgée de 28 ans.

Ce que l’on sait de son parcours ensuite, c’est qu’elle se trouve au camp de Bergen-Belsen au début de l’année 1945. Lorsque commencent les évacuations à partir du mois de février, elle part de Bergen-Belsen dans un convoi de 500 femmes pour Raghun, un Kommando de Buchenwald. En avril-mai 1945, elle est à nouveau évacuée en train. Un voyage terrible conduit les femmes qui se trouvaient dans ce Kommando au camp de Theresienstadt où elles arrivent le jour où le camp est libéré par l’Armée Rouge. Elle est notée comme malade dans ce camp en juin 1945. Mais elle survit puisqu’elle est rapatriée le 15 juillet 1945. Elle sera finisseuse en confection chez Monsieur Amsterdam après la guerre. Le 30 novembre 1954, elle constitue son dossier pour l’attribution du titre de déportée résistante.

Rapport d’arrestation de Berthe Amsellem par les inspecteurs de police de la SEC le 7 juin 1944
Retranscription
Les inspecteurs… en surveillance rue de la Roquette, ont interpellé une personne au faciès spécifiquement judaïque. Invitée à décliner son identité, elle nous présente une carte d’alimentation au nom de Amsellem, nom patronymique à consonance hébraique nord-africaine. Pressée de questions, elle reconnaît être de race et de religion juive, ne pas s’être fait recenser pour échapper aux lois et règlements en vigueur. La juive Amsellem née Bénita est en infraction à la loi du 2 juin (… )En conséquence… elle va être l’objet d’une mesure d’internement.


Extrait du Blochbuch de la baraque 22 du camp de femmes de Birkenau( D-AuII-3/1,nr157428)

DAVCC AC21P627817-Mémorial de la Shoah- Musée d’Auschwitz

Chantal Dossin

Retour à la liste du convoi 76


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 28 / 2085942

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Convoi 76  Suivre la vie du site Liste et notices biographiques   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.14 + AHUNTSIC

Creative Commons License