Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Le mur de l’Atlantique entre Carcans et Lacanau

Atlantikwall, de la Norvège à l’Espagne
mercredi 26 août 2020

Festung Europa, un élément défensif de fortifications face au danger de débarquement.

Mystère des routes en béton mal joint, des pistes des motos allemandes, des Blockhaus autrefois tapis dans la dune, ensevelis, dont il ne faut pas s’approcher, en équilibre ou contenant encore des munitions.

La piste allemande, ensablée. Photo UH

Grappes d’enfants à l’assaut de ces blocs de béton en équilibre, malgré le mot DANGER écrit sur le flanc. Au sommet des dunes, puis au fil des années et des marées, bunkers retournés, échoués sur la plage, envahis par le sable, aux parois recouvertes de graffitis ou de dessins.
Les pistes allemandes sont devenues des pistes cyclables, les routes des passages à travers les oyats des dunes vers l’océan. Des Blockhaus ont été dynamités ou engloutis par l’océan comme au cap Ferret.

Le mur de l’Atlantique (Atlantikwall) 1942-1944

Plan de la piste des Allemands. Photo UH

L’organisation Todt (OT) est chargée de la construction des usines d’armement, des bases de sous-marins et des lignes de fortifications, comme le mur de l’Atlantique, elle utilise des travailleurs étrangers, dans le cadre de travail forcé ou dans le cadre du STO de Fritz Sauckel.

Organisation Todt

Albert Speer fait construire par l’OT, l’organisation Todt du nord de la Norvège au sud de la France, des Bunkers pour protéger la forteresse Europe.
De nombreuses entreprises françaises dont Lafarge, collaborent avec des entreprises allemandes pour la construction des ouvrages de défense devant le danger de débarquement.
291 000 personnes travaillaient sur le Mur de l’Atlantique en France. Au départ, des travailleurs volontaires, environ 50 000 travailleurs forcés, des prisonniers de guerre comme les tirailleurs sénégalais, 10 000 Juifs, de jeunes Français voulant échapper au STO en Allemagne, des républicains espagnols réfugiés en France.

Histoire du mur de l’Atlantique. Photo UH

Les troupes affectées au mur de l’Atlantique sont hétéroclites, avec des « volontaires étrangers » comme à Lacanau, la Légion Freies Indien ( Indisches Infanterie Régiment 950) de l’armée allemande. En 1944, elle est inspectée par Rommel à Lacanau. Elle devient l’Indische Freiwilligen Legion der Waffen SS.

Allein zwischen dem französischen Calais und Boulogne wurden 1940 schätzungsweise 100.000 Kubikmeter Stahlbeton verbaut. Entre Calais et Boulogne, 100 000 m3 de béton armé. 4 millions de m3 dans les grands ports, comme La Pallice, Brest, Lorient, Saint Nazaire.
Sur des croisillons en ferraille, des cailloux roses venant des Pyrénées, et du béton, avec de l’eau douce et du sable fin, pas celui des dunes. Le béton était coulé pour plus de sécurité. On peut voir les traces du coffrage sur les bunkers.

La recette du béton UH

La citerne, par la piste, à 2 km au sud de Carcans-Océan.

La citerne au bord de la piste UH

Festung Mündung Gironde Süd"

Atlantikbunkern. Il s’agit de petits bunkers comme les Tobrouks qui pouvaient être recouverts d’une cloche d’acier ou d’une tourelle de char qui pivote. D’autres, avaient pour base un canon de marine autour duquel on construisait le bunker. Ces canons avaient une portée de plusieurs dizaines de kilomètres.

Carcans-Océan et Lacanau-Océan sont distants d’environ 10 km. Aux débouchés sur l’océan, les bunkers ont été détruits, en février-mars 2002 à Lacanau.

Les restes des bunkers basculés se situent à peu près au niveau de la piste où se trouve la citerne.

Les Blockhaus basculés en bas de la dune. UH

Les Bunkers sont peints et repeints au fil des ans

Lacanau Le Sphinx

SPEER Albert, Au coeur du IIIe Reich, Fayard, 1971
VIRILIO Paul, Bunkerarchäologie, München - Wien, 1992
Le mur de l’Atlantique, photos de bases sous-marines par le photographe de Todt, Gerd Wipfler :
http://www.spiegel.de/einestages/hitlers-u-boot-bunker-am-atlantikwall-unveroeffentlichte-fotos-a-986856.html

Le Mur de l’Atlantique sur les côtes du Nord–Pas-de-Calais :
https://www.lacoupole-france.com/pedagogique/professeurs/expositions-itinerantes/le-mur-de-latlantique-sur-les-cotes-du-nord-pas-de-calais.html
NM