Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 580
Vladimir Jankélévitch (1903-1985) - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Vladimir Jankélévitch (1903-1985)

Vladimir Jankélévitch, figures du philosophe. BNF
lundi 4 février 2019

Vladimir Jankélévitch, philosophe, musicologue, musicien, résistant, citoyen engagé.
À la BNF jusqu’au 3 mars 2019.

Exposition sur Jankelevitch

Vladimir Jankélévitch est né à Bourges en 1903, dans une famille d’origine russe d’intellectuels et de musiciens.
(Son père Samuel, médecin, diplômé de la Faculté de médecine de Montpellier, a traduit du russe et de l’allemand, Boehme, L’Esthétique de Hegel, Schelling et Freud.)
Il fait des études de philosophie à Normale Sup, rencontre Bergson, fait sa thèse sur Schelling, enseigne dans plusieurs villes dont Prague à l’Institut Français, puis de longues années à la Sorbonne.

  • Révoqué par Vichy
    De parents d’origine russe, il est interdit d’enseignement par le gouvernement de Vichy, le 20 décembre 1940.

« Je suis, depuis quelques jours, relevé de mes fonctions. On m’a découvert deux grands-parents impurs, car je suis, par ma mère, demi-juif ; mais cette circonstance n’aurait pas suffi si je n’avais, de surcroît, été métèque par mon père. Cela faisait trop d’impuretés pour un seul homme. »

  • Le résistant
    Réfugié à Toulouse, sous le faux nom d’André Charles Dumez, déclaré professeur de piano. Il est le beau-frère du résistant Jean Cassou. Il oeuvre dans plusieurs réseaux avec Jean Cassou, Jean-Pierre Vernant.
    Il en a gardé toute sa vie « l ’esprit de résistance ».
  • Contre l’antisémitisme

Dans Le Mensonge raciste, 1943, il dénonce l’imposture.
« Des hommes sont traqués, non pas pour ce qu’ils font, mais pour ce qu’ils sont. »

« Nous n’aiderons pas la bourgeoisie et ses gardes blancs à escamoter le grand problème, le vrai, le seul, qui est celui de sa liquidation définitive. »

  • Auschwitz
    Il insiste sur le caractère exceptionnel du génocide. Il est contre les comparaisons, c’est "diluer l’épouvante du vrai Auschwitz". C’est le crime le plus monstreux de l’histoire.

« Les innombrables morts sont notre affaire à tous. Si nous cessions d’y penser, nous achèverions de les exterminer. » Le président Chirac écrit cette pensée sur le livre d’or à Auschwitz en janvier 1996.

Il écrit contre le pardon : " Le pardon est mort dans les camps de la mort."
Les deux Allemagne ont un compte à rendre.
Cf. L’imprescriptible

  • 1965 Doit-il y avoir prescription des crimes nazis ?

Le Monde, 3 janvier 1965
Il défend Beate Klarsfeld en 1971 qui dénonce les crimes de Lischka. C’est elle qui est arrêtée. Ralph Feigelson est avec elle à Cologne.

L’imprescriptible, texte de 1956, 1986, édition du Seuil, paru grâce au soutien d’Henry Bulawko, président de l’Amicale des anciens déportés juifs de France.
Il dénonce la banalisation.
« Auschwitz n’est pas une atrocité de guerre, mais une oeuvre de guerre. »
Ce n’est pas Verdun.

  • Défense de l’enseignement de la philosophie
    Devant le crime, il refuse de faire référence à la philosophie allemande.
    "le galimatias d’Heidegger".

- Hommage à Henri Bergson, INA, 1959

« La philosophie, c’est fait pour qu’on en fasse et non pas pour qu’on en parle. »

- 1979 contre la réforme Haby, l’enseignement de la philosophie est menacé.
Appel avec Derrida, Deleuze, D Dessanti, Lacourt-Labarthe, E de Fontenay, Nancy, Ricoeur, Védrine.
Des États généraux de la philosophie ont lieu à la Sorbonne. C’est Roland Brunet qui collecte les inscriptions.

JANKÉLÉVITCH Vladimir, Henri Bergson, Paris, Alcan,1931
JANKÉLÉVITCH Vladimir, L’Odyssée de la conscience dans la dernière philosophie de Schelling, Paris, Alcan, 1933
JANKÉLÉVITCH Vladimir, Un homme libre, Frémeaux et Associés, 2015
JANKÉLÉVITCH Vladimir, L’Esprit de résistance : textes inédits, 1943-1983, Paris, Albin Michel, 2015, 400 p.
JANKÉLÉVITCH Vladimir, L’imprescriptible, « Pardonner ? », 1971, « Dans l’honneur et la dignité », 1948, Seuil, 1986.
JANKÉLÉVITCH Vladimir, Debussy et le mystère de l’instant, Plon, 1976, réd. 2019

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.v_jankelevitch.html