Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 378
La déportation politique à Auschwitz - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

La déportation politique à Auschwitz

Conférence de Claudine Cardon-Hamet. Témoignage de Madeleine Odru.

La déportation politique à Auschwitz : Triangles rouges à Auschwitz, le convoi politique du 6 juillet 1942.
Déportation de répression et déportation de persécution, Complexité du KL-Auschwitz,
Madeleine Dissoubray-Odru, A propos de "Triangles rouges à Auschwitz" de Claudine Cardon-Hamet, Sam Radzynski...

Extraits de la conférence du 1er octobre 2005

L’histoire des 45 000 et des 31 000 et la connaissance du système d’Auschwitz

Déportation de répression et déportation de persécution :

"Il me semble plus judicieux d’employer la dénomination retenue, au milieu des années 1990, par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD), en vue de la publication de son Livre-Mémorial. Dans cet important ouvrage, paru en 2004, sont recensés 85 000 « déportés de France par mesures de répression » (dont le nombre régulièrement mis à jour par la FMD est à présent de 86 000 déportés) ainsi qu’une partie des déportés « par mesure de persécution » : les Tsiganes et les Juifs que Serge Klarsfeld n’avait pas étudiés (ceux des départements du Nord et du Pas de Calais, déportés depuis la Belgique, et les Juifs déportés à l’île anglo-normande d’Aurigny). Cette dénomination qui tient compte de la totalité des motifs de déportation, rencontre un large consensus parmi les historiens et les associations d’anciens déportés...
...les convois du 6 juillet 1942 et du 24 janvier 1943 sont les deux seuls convois de déportation de répression ayant eu Auschwitz pour unique destination."

 Connaissance du système d’Auschwitz

"En étudiant l’histoire du convoi du 6 juillet 1942, j’ai été frappée par la complexité du KL-Auschwitz. Auschwitz ne peut se comprendre sans sa double fonction de camp de concentration et de camp d’extermination. Son annexe de Birkenau appartiennent à la seconde génération des centres d’extermination, celle des « camps mixtes », qui se définissent par la greffe d’un centre d’extermination sur un camp de concentration préexistant. Cette entité nouvelle apparaît avec la conjonction, dans l’espace et dans le temps, de deux phénomènes indépendants : l’entrée du génocide des Juifs dans sa phase industrielle et européenne et l’intégration des camps de concentration dans l’économie de guerre en 1942.
Mais le « camp mixte » n’est pas simplement la juxtaposition d’un camp de concentration et d’un centre de mise à mort. Il se caractérise par un échange de services entre le camp de concentration (aux fonctions de répression et de production) et le centre d’extermination. Les Juifs « aptes au travail » étaient immatriculés et affectés dans les kommandos de l’espace concentrationnaire. Inversement, comme l’illustre le cas de nombreux « 45000 », des détenus du camp de concentration (Juifs ou non) furent chargés de construire, d’aménager et de réparer les installations du centre de mise à mort. D’autres trièrent les biens pris aux déportés, au moment de leur arrivée. Quant aux chambres à gaz, elle servaient, non seulement à l’extermination des déportés juifs et tziganes, mais aussi à l’élimination, entre l’été 1942 et mai 1943, des détenus non juifs « inaptes au travail »."

Conclusion de la conférence de Claudine Cardon-Hamet le 1er octobre 2005

 Madeleine Odru

Madeleine Dissoubray-Odru, résistante, déportée politique le 24 janvier 1943 (convoi des 31000) à Auschwitz, Ravensbrück et Mauthausen

"Dans notre convoi, nous étions 230, beaucoup avaient vécu des mois en prison . Moi, par exemple, j’ai été six mois à la prison de la Santé, seule dans ma cellule, sans livre, sans rien pour écrire, sans rien, toute seule avec moi même, sans jamais avoir droit à la promenade, bien sûr sans communication avec l’extérieur, avec ma famille, avec mes camarades. Et puis je les ai revus à Romainville. Je dois dire que, quand nous nous sommes retrouvés, cela a été le bonheur. Nous n’étions plus seuls. Nous nous sommes entraidées les unes les autres. Il y avait beaucoup de femmes de fusillés. C’était très dur mais chaque fois qu’un mari tombait nous la supportions toutes un peu. La solidarité était parfaite."

Extraits du Petit cahier N°24 : Journée d’étude du 1er octobre 2005 : - La déportation politique à Auschwitz : Conférence de C. Cardon-Hamet. Témoignage oral de M. Odru, Témoignages écrits d’A. Montagne, de F. Devaux et d’H. Borlant. Hommage à S. Radzynski.

André Montagne Cérémonie d’incinération aura lieu Mercredi 17 mai 2017 à 14h30 au Père Lachaise.

Inauguration rue Madeleine Odru, samedi 26 janvier 2013 à Romainville
70ème anniversaire d’hommage au convoi des 31 000 avec l’inauguration par la municipalité de Romainville de la rue Madeleine ODRU, grande résistante, qui se déroulera à 14h30 Quartier Marcel Cachin à Romainville ; puis suivie d’une projection du film à 15h30 "Résistance 31 000" à l’Espace Marcel Cachin situé rue de la Résistance à Romainville.

(Dans un livre, paru en 1965 aux Editions de Minuit, Le convoi du 24 Janvier, Charlotte Delbo, retrace l’itinéraire de Madeleine Dissoubray-Odru, "Jacqueline" dans la résistance.)

 "Mille otages pour Auschwitz"

Un compte-rendu par Marie-Paule Hervieu du livre de Claudine Cardon-Hamet :
Mille otages pour Auschwitz, le convoi du 6 juillet 1942 dit des 45 000, (éditions Graphein ; Claudine CARDON-HAMET présente aujourd’hui une édition remaniée intitulée : Triangles rouges à Auschwitz. Le convoi politique du 6 juillet 1942, avec une préface de l’historien François Bédarida et une postface de Marie-Claude Vaillant-Couturier.
Dans son livre, Claudine Cardon-Hamet s’attache à présenter les spécificités du convoi des 45 000 : un convoi de 1175 hommes ; tous en âge de travailler ( de 18 à 55 ans ) et qui allaient mourir à Auschwitz et Birkenau dans la proportion de 85% au terme de 9 mois d’internement.
Un convoi de déportés politiques membres, à des degrés divers, du parti communiste et de la CGT qui, pour une trentaine d’entre eux, allaient continuer leur action de résistance à l’intérieur du camp.

Un convoi d’otages communistes et juifs, mais aussi communistes juifs, qui se situe à l’intersection de deux politiques :
. celle dite des otages qui, dans le cadre de la lutte des Nazis contre le « Judéo-bolchévisme », tentait de répondre, par le terrorisme d’Etat, à la lutte armée de la Résistance communiste.
. celle dite de « la solution finale », c’est à dire la tentative de destruction des Juifs d’Europe, à partir de 1942.
Elle compare aussi, avec beaucoup de nuances et de précisions, les deux déportations dites de répression et de persécution : la terreur et l’humiliation, les travaux forcés, les violences subies (dont témoignera aussi Henri Borlant, déporté le 20 juillet 1942), les sélections des "inaptes au travail" (jusqu’en mai 1943), les maladies non soignées et la mortalité quasi immédiate (160 survivants au terme de l’Hiver 42-43).
Elle relève aussi les différences : la surmortalité des "déportés parce que Juifs, 66% au bout de 43 jours et 16% pour les "politiques"), les changements du printemps 1943, avec à partir du 4 juillet, le droit d’écrire et de recevoir des colis, ce qui peut expliquer, avec leur engagement collectif et leur capacité de résistance, qu’il reste 119 rescapés ( 10% du convoi) en 1945.

CARDON-HAMET Claudine, Triangles rouges à Auschwitz. Le convoi politique du 6 juillet 1942, éditions Autrement, Paris, 2005
Déportés du convoi du 6 juillet 1942
http://politique-auschwitz.blogspot.fr/2010/05/livres.html

Site des 31000 et 45000, convois de déportés politiques partis de France pour Auschwitz Birkenau :
http://www.memoire-vive.net/

mise en ligne NM revu Janvier 2013- mai 2017


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2949 / 930277

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Conférences du Cercle  Suivre la vie du site Annonces et CR des Conférences du Cercle  Suivre la vie du site Déportation   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License