Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Génia Oboeuf, survivante du Bloc 10

Une rencontre par Georges Hauptmann
jeudi 21 décembre 2017

Génia Oboeuf a subi des expérimentations de stérilisation par rayons X au Block 10 à Auschwitz I.

Une visite à Génia Oboeuf, survivante du Bloc 10 des expérimentations du camp d’Auschwitz I.

Génia Oboeuf, Hans Joachim Lang et Georges Hauptmann

Née à Varsovie le 10 décembre1923, Génia Oboeuf, née Goldgicht, vient de fêter ses 94 ans dans son bel appartement à Nevers. Elle fut déportée à Auschwitz par un convoi parti de Malines en Belgique le 19 avril 1943 et enfermée dans le Bloc 10 des expérimentations dites médicales du camp d’Auschwitz I. Elle y fut intégrée dans un groupe de femmes, soumises à des expérimentations de stérilisation par rayons X réalisées par le sinistre médecin nazi Horst Schumann. Par chance, les doses de rayons X qui lui furent administrées n’ont pas été assez importantes pour altérer sa fertilité. Elle a rencontré à Auschwitz son futur mari, Aimé Oboeuf, en quarantaine dans le Bloc 11 séparé du Bloc 10 par un espace comportant le mur servant aux exécutions par armes à feu. Au mois de janvier 1945 elle est transférée à Ravensbrück par une « marche de la mort » et un trajet final en wagon découvert. Après son retour elle retrouve Aimé qui deviendra son mari. Aimé et Génia auront deux enfants : Michel né en 1947 et Daniel né en 1952.

Génia a conservé une forme intellectuelle remarquable et ne cesse de témoigner du comportement des médecins nazis et des épreuves subies en 1943 et 1945 auprès des collégiens et des lycéens Nivernais. Elle a fourni également un témoignage précis publié dans la biographie consacrée au Dr. Adélaïde Hautval [1] qui avait été enfermée dans le Bloc 10 pendant plusieurs mois en 1943 [2].

Le 15 décembre dernier, Hans-Joachim Lang, historien – journaliste allemand, auteur de l’ouvrage « Die Frauen von Block 10 – Medizinische Versuche in Auschwitz » [3]. (Les Femmes du Block 10 – Expériences médicales à Auschwitz), paru en 2011, et moi-même avons rendu visite à Génia dans son bel appartement à Nevers. Hans-Joachim Lang n’avait pas eu connaissance de sa présence à Nevers et n’avait pas eu l’occasion de la rencontrer avant la publication de son ouvrage. Cette visite a permis à Hans-Joachim Lang de recueillir de précieuses informations supplémentaires sur les conditions de détention des femmes dans le Block 10 et de confronter ses connaissances aux souvenirs précis de Génia.

Georges Hauptmann

Voir le film

Les expérimentations médicales à Auschwitz Clauberg et les femmes du bloc 10, Réalisation : Sonya Winterberg, ‎Dr. Sylvia Nagel, 2010 Medizinversuche in Auschwitz Clauberg und die Frauen von Block 10

https://www.youtube.com/watch?v=ZcV32WMsN2U

« Er war nicht furchteinflößend, dick, mit einem Tiroler Hut », erinnert sich Génia Oboeuf.
(Il n’était pas effrayant, gros, avec un chapeau tyrolien, se souvient Génia Ogoeuf.)

« Adélaïde Hautval nous a surtout délivré des conseils, manger des pissentlits pour les vitamines, a essayé de nous donner du courage. » raconte Génia

Le film a remporté un prix au festival de femmes à Los Angeles :
Made in Auschwitz - The untold story of Block 10 a eu le prix de la meilleure documentation au festival « LA FEMME INTERNATIONAL FILM FESTIVAL » [4]

Le Block 10

Block 10 à Auschwitz I

Esther Aliciguzel, par Camille Bentata Touboul
http://transcripts.vha.fu-berlin.de/interviews/360?interview_language=French&locale=de
De l’eugénisme à la Shoah

Adélaïde Hautval par Georges Hauptmann

LANG Hans-Joachim, Die Frauen von Block 10. Medizinische Versuche in Auschwitz, Hoffmann und Campe, Hamburg, 2011
LANG Hans-Joachim, Die Namen der Nummern. Wie es gelang, die 86 Opfer eines NS-Verbrechens zu identifizieren. Hoffmann und Campe, Hamburg 2004
Hans-Joachim Lang, Des noms derrière des numéros. L’identification des 86 victimes d’un crime nazi, PUF de Strasbourg, 2018
http://pus.unistra.fr/fr/livre/?GCOI=28682100469950

PC 25. Docteur Adélaïde Hautval, dite « Haïdi », 1906 – 1988. Des camps du Loiret à Auschwitz et Ravensbrück. Juste parmi les Nations., Conférence-débat du Cercle d’étude du 26 novembre 2014 : conférence de G. Hauptmann, témoignages de G. Obœuf, d’A. Postel-Vinay, textes de M. Braunschweig, de G. Hauptmann. Nombreux documents originaux. En mémoire de C. Palant. 240 p. Paf 20 euros

Adélaïde Hautval, (1906-1988) une biographie

[1Génia a témoigné sur le Dr Adélaïde Hautval, résistante française déportée par le convoi du 24 janvier 1943, dit convoi des 31000, envoyée par le médecin chef du complexe d’Auschwitz de Birkenau à Auschwitz pour s’occuper des femmes juives détenues dans le block 10 des expériences pseudo-médicales, situé dans ce camp pour hommes afin de servir de « cobayes » aux médecins nazis. C’est dans ce cadre que Génia a fait sa connaissance et qu’ Adélaïde Hautval les a aidées au moins moralement, elle et ses camarades juives belges, qu’elle a vu comme elle soignait ses camarades plus gravement atteint qu’elle-même ; plus tard Adélaïde Hautval a d’ailleurs été reconnue Juste parmi les nations en particulier pour l’aide apportée aux femmes juives du Block 10. note de MB.

[2Georges Hauptmann & Maryvonne Braunschweig, Docteur Adélaïde Hautval dite « Haïdi », 1906-1988, Des camps du Loiret à Auschwitz et à Ravensbrück, Petit Cahier N° 25, Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah, Amicale d’Auschwitz, 2016

[3Hans-Joachim Lang, Die Frauen von Block 10 – Medizinische Versuche in Auschwitz, Hoffmann und Campe Verlag, Hamburg, 2011

[4This year’s Best Documentary award goes to “Made in Auschwitz – The Untold Story of Block 10” BY Sonya Winterberg, Sylvia Nagel

https://www.lafemme.org/winners-la-femme-int-film-festival-2020/

mit dem Preis für die beste Dokumentation ausgezeichnet. Glückwunsch an die beiden Autorinnen Sylvia Nagel und Sonya Winterberg und an das gesamte Team.
http://www.saxonia-entertainment.de/news/made-in-auschwitz-the-untold-story-of-block-10.html