Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

ABRAMOVSKI Max

samedi 10 avril 2021

ABRAMOVSKI Max, 44 ans en 1944

Max Abramovski est né le 1er août 1899 à Sonnenburg, à proximité de Berlin. Il est marié avec Édith Rudiger. Il a d’abord vécu en Belgique. Le musée juif de la déportation et de la résistance de Malines (Kaserne Dossin) a stocké 4200 photos extraites des dossiers d’immigration des déportés, dont celle de Max Abramowski.


Photographie avant-guerre de Max Abramovski
Source : Kaserne Dossin

Fuyant les persécutions anti-juives en Allemagne, (un document indique qu’il est recherché par la police dans un courrier venant de Berlin) il s’est probablement réfugié en Belgique, à une date inconnue. Puis en France, peut-être en 1940, lorsque la Belgique est envahie par l’armée allemande. Il habite alors dans l’Isère, à Vourey, une commune située à proximité de Grenoble. Il devait se sentir plus protégé dans cette région sous occupation italienne où fleurissaient les maquis. Mais à partir de septembre 1943, la région passe sous occupation allemande et à partir de janvier 1944, une section anti-juive de la police allemande s’installe dans l’Isère.

Max Abramovski est arrêté le 3 juin par la Feldgendarmerie près de Vourey, à Fure, est-il noté dans son dossier de déporté. Il est interné à Grenoble. Une semaine après, il est transféré au camp de Drancy où il reste tout le mois. Le 30 juin, il est conduit à la gare de Bobigny avec 1153 internés destinés à être déportés vers le centre de mise à mort d’Auschwitz-Birkenau. C’est le 76ème convoi de déportés juifs parti de Drancy.

Le voyage qui dure quatre jours est épuisant du fait de la chaleur torride de l’été. Le 4 juillet, le convoi entre à l’intérieur du camp de Birkenau sur la « rampe d’Auschwitz »où a lieu la sélection. Les travaux de Serge Klarsfeld ont permis d’apprendre que 398 hommes sur 654 sont déclarés « aptes » au travail. Ce sont généralement les plus jeunes. Le nombre de déportés choisis pour ce travail d’esclave, plus de la moitié, est beaucoup plus élevé que celui des transports précédents car les camps deviennent, en 1944, un vivier de travailleurs pour l’industrie de guerre. Il est donc possible que Max Abramovski, âgé de 44 ans soit entré au camp. Si c’est le cas, les traitements subis ou les marches de la mort ont probablement eu raison de lui, puisqu’il n’est pas connu comme survivant.

BVCC Caen-AC21P416550 - Mémorial de la Shoah

Chantal Dossin

Retour à la liste du convoi 76


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 59 / 2294377

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Convoi 76  Suivre la vie du site Liste et notices biographiques   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.14 + AHUNTSIC

Creative Commons License