Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 378
Les déportés et le travail forcé sous le nazisme : extermination par le travail - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Les déportés et le travail forcé sous le nazisme : extermination par le travail

Vernichtung durch Arbeit
dimanche 22 novembre 2015

14 millions de travailleurs forcés, déportés en Allemagne de 1939 à 1945. Des civils en provenance des pays occupés, des prisonniers de guerre et des détenus des camps de concentration.

Déjà avant la guerre, le Reich manque de forces de travail et doit employer des Fremdarbeiter travailleurs étrangers saisonniers dans les campagnes, des Polonais, des Tchèques, des Italiens, Yougoslaves, Hongrois, Bulgares, Hollandais. Avec la guerre "totale", c’est la fin des travailleurs libres. L’industrie allemande manque de bras. Des forces de travail étrangères vont remplacer la main d’oeuvre allemande dans le Reich et les territoires occupés.

Catégories de travailleurs forcés (Zwangarbeiter) utilisés dans le Grand Reich allemand :
- 8,4 millions de travailleurs civils étrangers (ausländischer Zivilarbeiter), dont la "Relève", des travailleurs forcés Zwangarbeiter venant de l’Est, des Français du STO [1],
- 4,6 millions de prisonniers de guerre (Kriegsgefangene),
- 1,7 millions de détenus de camps de concentration (KZ-Häftlinge).

De très nombreux liens, témoignages, archives :
http://www.zwangsarbeit-archiv.de/links/index.html

Comparaison entre déportation et STO, texte écrit par le Général André Rogerie :
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article162

  • Les (ausländischer Zivilarbeiter)
    Le statut du Zwangarbeiter dépend des pays, situés à l’Est ou à l’Ouest et des années. Les travailleurs forcés civils ne sont pas destinés à être exterminés. Ils doivent vivre dans des camps ou des baraques.
    Des razzias de jeunes hommes et femmes sont organisées à l’Est, pour se procurer des Ostarbeiter.
    Les Westarbeiter ont un statut différent des travailleurs de l’Est.

Car même si les travailleurs civils forcés de l’Est ont été infiniment plus maltraités que leurs camarades occidentaux, le travail obligatoire ne visait nulle part à assassiner ses victimes, ni à les déshumaniser jusqu’à réduction à l’état d’un squelette animé puis d’une poignée de cendres dispersées. Raphaël Spina

Plus de trois mille camps à Berlin de travailleurs forcés  :
http://www.zwangsarbeit-in-berlin.de/
à Schöneweide. Cf. Cavana

"Alltag Zwangsarbeit 1938-1945" über das "System Zwangsarbeit". Schöneweide.
http://www.dz-ns-zwangsarbeit.de/

  • Les prisonniers de guerre soviétiques
    Par idéologie, en 1941, au moment des victoires nazies, les dirigeants ont voulu remplacer la main d’oeuvre juive par des prisonniers de guerre soviétiques et exterminer les Juifs. Mais en raison des mauvais traitements en mars 1942, sur 3,35 millions de prisonniers de guerre soviétiques, seuls 5 % (167 000) sont en état de travailler.
  • Les KZ-Häftlinge

Entreprises utilisant la main d’oeuvre forcée  :
Liste de 2500 firmes utilisant le travail d’esclaves : IG Farben, Siemens, BMW, Thyssen, Daimler-Benz, Krupp...Lindemann, Hamburg
https://web-beta.archive.org/web/20110719090409/http://www.ta7.de/txt/listen/list0024.htm
Deutschen Ausrüstungswerke GmbH (DAW)
Reichswerke H Goering
L’usine la plus importante est une usine d’armement construite à côté du Stammlager d’Auschwitz, l’usine de l’Union (Weichsel-Union-Metallwerke), créée d’abord pour la firme Krupp.
Les Kapos sont responsables des Kommandos de travail.
La sélection entre les Juifs destinés au gazage immédiat et ceux qui entrent dans le camp pour le travail concentrationnaire, s’effectue sur la Rampe.
Pour les déportés juifs s’applique la règle, extermination par le travail Vernichtung durch Arbeit. Les travailleurs juifs sont dans les Judische Arbeitslager, les camps de travail forcé pour Juifs Zwangsarbeiteslager, Zal für Juden, car en 1942 avec la guerre à l’Est, le besoin de main d’oeuvre se fait sentir. Les détenus, hommes et femmes, capables de travailler (arbeitsfähig) vont être transférés dans des camps de travail du Reich.

En juin 1942, Himmler privilégie le terme d’esclave, chargé d’un imaginaire remontant à l’Antiquité, à celui de travailleur forcé, plus technocratique. J. Chapoutot

 une journée type dans un camp

  • 4:00 Uhr/5.00 Uhr Wecken (Sommer/Winter) Réveil
    5:15 Uhr Zählappell Appel
    6:00–12:00 Uhr Arbeitszeit Travail
    12:00–13:00 Uhr Mittagessen (einschließlich Ein- und Ausgangszeit) Repas
    13:00–18:30 Uhr Arbeitszeit Travail
    19:00 Uhr Zählappell (Dauer ca. 1 Stunde) Appel
    20:45 Uhr „Alles in die Baracken“ Tous dans les Blocks
    21:00 Uhr „Alles in die Betten“ – „Licht aus“ Tous au lit. Extinction des lumières.

 Vocabulaire

Arbeitsverwaltung : administration du travail
Arbeiterlager : camp de travailleurs
Arbeitslager : camp de travail
Arbeitserziehungslager : AEL, camp d’éducation par le travail pour travailleurs étrangers (Ausländischearbeiter)
Zwangsarbeiteslager, ZAL : Camp de travail forcé
Zwangsarbeiteslager für Juden : ZAL für Juden, camp de travail forcé pour Juifs. De 1939 à 1944, 750 à 800 camps en Pologne et territoires soviétiques occupés pour 263 000 hommes, femmes et enfants

 Mediagraphie

BUGGELN Marc : Slave Labor in Nazi Concentration Camps, Oxford 2014
Erinnerung, Verantwortung und Zukunft : Fondation : engagement pour les victimes du national socialisme
http://www.stiftung-evz.de/start.html

Camp de Blechhammer dont le ZAL für Juden, Zwangsarbeiteslager für Juden : camp de travail forcé pour Juifs :
http://www.youtube.com/watch?v=jnVNeu_ztIc

"Le nazisme, une société de camps" :
42 500 lieux "qui servaient à poursuivre des gens, à les forcer au travail, à la torture et la mise à mort" sans compter les camps pour enfants évacués, les Allemands ethniques colons en Pologne, les constructeurs d’autoroutes, et autres :
http://www.zeit.de/wissen/geschichte/2013-03/interview-holocaust-studie

Publications du Cercle  : Petits Cahiers
N° 28 : "Le travail concentrationnaire" Conférence de Raphaël Spina – Témoignages de H. Idelovici (déporté à Blechhammer) et Raphaël Esrail (déporté à Auschwitz).
N°29. Conférence-débat du 29 novembre 2006 : « Le travail forcé pour l’Allemagne nazie » Textes d’A. Rogerie, M.-P. Hervieu, et M.Giboureau.
Lexique et bibliographie sur le travail concentrationnaire
N°30. Conférence-débat du 29 novembre 2006 « Le travail concentrationnaire (2) »
Textes de G. Gobitz, C. Baron, L. Krongelb, M.-P. Hervieu, R. Spina, J.-L. Steinberg. Petit Cahier N°28 : compléments et errata. Hommage à H. Wolff.
Travail forcé pour l’Allemagne nazie, entre STO, Shoah et travail concentrationnaire

[1Lire Jean Giboureau, un STO parmi tant d’autres :
http://www.cercleshoah.org/spip.php?article52