Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cercleshoah/www/config/ecran_securite.php on line 564
France Bloch et Fredo Serazin - [Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah]
Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

France Bloch et Fredo Serazin

film de Marie Cristiani
mercredi 21 mai 2014

"Ces résistants à ne pas oublier" Ciné-Histoire
" Après la défaite de 1940, France Bloch Sérazin reprend contact avec le Parti communiste clandestin et imprime des tracts. Elle est en rapport avec les premiers groupes armés de l’Organisation spéciale pour lesquels elle fabrique, dans le laboratoire installé dans son appartement, des grenades, des détonateurs. Remettant en état des armes, elle participe à certaines actions des FTP... Elle a été guillotinée à Hambourg en 1943.

France Bloch Sérazin

France Bloch est issue d’une famille d’intellectuels (fille de l’écrivain Jean-Richard Bloch et nièce d’André Maurois).
Elle entre à l’Institut de chimie à Paris où elle rencontre Marie Elisa Nordman.
Son milieu familial a éveillé chez elle un intérêt et une inquiétude sur les bouleversements qui transforment l’Europe. La guerre d’Espagne, Munich, elle est pour la lutte contre le fascisme. Par ailleurs, pour elle, la misère est un scandale. Elle sent que pour agir il faut qu’elle s’intègre dans un groupe organisé : elle adhère donc au P.C. en 1936.
Elle y rencontre Fréderic (dit Frédo), ouvrier-tourneur et dirigeant syndicaliste communiste. Ils se marient en 1939 et leur fils Roland nait l’année suivante (Frédéric Sérazin a déjà une fille Eliane.)
Malgré le Pacte germano-soviétique elle est dans le combat contre le fascisme.
Le PC est dissous. Toute propagande est punie de la peine de mort.
Dès 1940 ils entrent en Résistance et ne se voient plus que lors de furtifs rendez-vous.
France, victime du Statut des juifs du 3 octobre 1940, congédiée de son labo,
Juive écrit en rouge sur sa carte d’identité postale, noue des relations avec les premiers groupes armés de l’Organisation Spéciale du PC clandestin, et installe dans un appartement un laboratoire dans lequel elle fabrique des explosifs [1] et des poisons. Elle participe aux actions armées lorsqu’il manque un partisan. Elle travaille au labo de l’identité judiciaire de la Police.

Quai de la rapée, elle s’échappe des mains de l’inspecteur Charlot, mais les filatures se resèrent, sur le groupe. Des infos sont données lors d’interrogatoires, sur Claudia. France est recherchée.
et jusqu’à son arrestation le 16 mai 1942..."elle a été arrêtée le matin, ainsi que des dizaines de F. T. P., dans le cadre d’un coup de filet organisé par la police de Vichy dans toute la France..." [Elle était traquée par la BS].
Jugée 4 mois plus tard, [à l’Hôtel Continental], elle est condamnée à mort, transférée N.N. vers l’Allemagne à Lübeck, puis Hambourg. Elle est exécutée le 12 février 1943, après avoir écrit à Frédo une lettre qu’il ne recevra pas, où elle s’inquiète de l’avenir de leur fils.
Frédo, lui aussi Résistant, est torturé et exécuté à Saint Etienne le 15 juin 1944, par la Gestapo.

Pour en savoir plus :
Cf. http://www.cinehistoire.fr/event/france-bloch-serazin/

Alain QUELLA-VILLÉGER, France Bloch-Sérazin. Une femme en résistance (1913-1943), préface de Marie-José Chombart de Lauwe, éditions des femmes, 2019, 296 p.
https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/160319/france-bloch-serazin-une-femme-extraordinaire?onglet=full

France "Bloch installe un petit laboratoire 1, avenue Debidour près de la place du Danube dans le 19ème arrondissement. "Elle y fabrique des explosifs pour l’action armée des « Bataillons de la Jeunesse »" :
http://www.des-gens.net/France-BLOCH
Une plaque apposée 1, avenue Debidour à Paris, dans le XIXe

http://www.memoresist.org/spip.php?page=oublionspas_detail&id=835

France Bloch et Frédo Sérazin, film de Marie Cristiani, 60 min, MCD prod/FR3 Corse, 2005. Texte dit par Pierre Arditi et Evelyne Bouix

France Bloch-Sérazin. Auf den Spuren einer mutigen Frau. ("France Bloch-Sérazin. Sur les traces d’une femme courageuse"), Scénario de Hans und Gerda Zorn, film de Loretta Walz. 80 minutes, Allemagne, 1993.
Cf.Ces résistants et résistantes à ne pas oublier 

"La Mérigotte", abrite une résidence à la fois lieu de création et refuge pour des artistes menacés dans leur pays.

Actions passées

Au Musée Jean Moulin, Ciné-histoire et l’APHG, le 22 mai 2014 dans la série "Ces Résistants à ne pas oublier", 14 h, France Bloch-Sérazin, amie de Marie Jo Chombart de Lauwe, avec la participation de Roland Sérazin, fils de France et Frédo, et de sa sœur Eliane.

14h Accueil et introduction de la séance par Nicole Dorra, Présidente de Ciné-Histoire
14h 20 film France Bloch et Fredo Sérazin, De Marie Cristiani 2005 60’
Texte dit par Pierre Arditi et Evelyne Bouix
15h20 interventions de Roland Sérazin Le fils de France et Fredo
et de sa sœur Eliane
23 Allée de la 2ème Division Blindée, 75015 Paris
contact@cinehistoire.fr

N.M. 2014, 2019

[11, avenue Debidour à Paris, dans le XIXe arrondissement. Une plaque porte cette inscription : « Dès 1940 dans cet immeuble France Bloch-Sérazin avait installé un laboratoire où elle préparait des explosifs pour la Résistance.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1050 / 1381626

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Informations diverses  Suivre la vie du site Annonces, films-débats, films à voir  Suivre la vie du site Films Ciné-histoire   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License