Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Passages clandestins dans les Pyrénées

jeudi 7 avril 2022

Des liens anciens d’aide aux exilés existent dans les Pyrénées. La lutte antifasciste fait partie de son histoire.

Canigou, PO, F Bellin

« Dans une situation sans issue, je n’ai d’autre choix que d’en finir. C’est dans un petit village dans les Pyrénées où personne ne me connaît que ma vie va s’achever. »
Walter Benjamin, 1940 [1]

Col Espagne-France
A gauche de la crête, l’Espagne, à droite la France. 602 bornes le long de la frontière
Photo Francis Bellin, 2022

Des témoignages de passages :

- Famille Kichelewski. Les quatre enfants et le fiancé d’une des filles," envisagent de rejoindre le Général de Gaulle, à Londres. De Pau, le plus simple était de passer par l’Espagne et l’Afrique du Nord...
Un groupe composé de résistants, de civils, et d’officiers français sont regroupés à Oloron-Sainte-Marie au pays basque. Le lieu de passage se trouvait à Sainte-Engrâce, à 1900 mètres d’altitude. Un parcours difficile et surveillé par les Allemands. Ils marchaient la nuit et se reposaient le jour dans des granges..." Chantal Dossin
Trahison du passeur ? tout le groupe est arrêté. Déportation.
Famille KICHELEWSKI
- Pierre Fauchon de Villeplée
Passe en Espagne par Lourdes, prisonnier au camp espagnol de Bielsa, libéré au bout de 8 jours, avec des faux papiers, car il a moins de vingt ans. Puis Lisbonne, Casablanca, s’engage dans la cavalerie blindée des chasseurs d’Afrique, de De Lattre de Tassigny, prend part au débarquement de Provence, accoste à Cavalaire dans le Var, se fait tuer le 8 décembre 1944 en remontant, en Alsace.

 Exils

Exilés d’hier

  • Des candidats à l’évasion de diverses catégories
    Avant la deuxième guerre mondiale, les opposants aux dictateurs, les juifs victimes de pogroms, les réfugiés politiques, les exilés, les antifascistes italiens, les Allemands antinazis, les réfugiés civils espagnols, les Brigades internationales, la Retirada des combattants républicains d’Espagne, des intellectuels menacés, des personnalités, des juifs.
  • Les Pyrénées, 1939-1945
Col de Mantet
Photo Francis Bellin

Entre 50 000 et 80 000 candidats à l’exil sont passés par les Pyrénées.

  • 1939 La Retirada
    Des camps en France « accueillent » les Républicains espagnols.
    Au Pays basque, « Des Espagnols sont arrivés dès 1936, au début de la guerre d’Espagne contre Franco, puis les exilés, à l’hiver 1939, lors de la Retirada. Environ la moitié des 500 000 Espagnols qui se présentent à la frontière sont des combattants de l’armée républicaine : socialistes, communistes, anarchistes, tous antifascistes. accueillis dans des conditions indignes, jetés dans des camps, Argelès, Gurs ou affectés au service des GTE, certains livrés aux Allemands et déportés à Mauthausen, en Autriche.
    La Retirada, exil des Républicains espagnols, Argelès, Saint Cyprien
    Des Républicains espagnols partent en direction de Casablanca, et se retrouvent dans l’armée d’Afrique, vers l’Angleterre, dans la division Leclerc... d’autres sont internés dans des camps en Espagne comme celui de Miranda.

La Retirada dans les Pyrénées-Orientales : « Les habitants de Py ont aidé les Républicains espagnols sans jamais rien dire », une plaque a été posée le 23 avril 2022 pour marquer le chemin de la Retirada reliant Saletes à Py, dans le Conflent.

Plaque village de PY, photo F. Bellin

Des nationaux socialistes se retrouvent internés par Vichy, dans les mêmes camps, que des opposants au régime. Avec la défaite de la France, des Allemands antinazis menacés par une des clauses de l’armistice : « Livrez sur demande », article 19 de la convention d’armistice. ..., veulent fuir, c’est la course aux papiers, le visa de transit, affidavit...trouver un bateau, un passage de Marseille, pour Lisbonne, Casablanca, les États-Unis, Cuba...

Ax-les-Thermes photo plaque F Bellin

Des réfugiés juifs, des résistants, des aviateurs anglais, américains, des évadés qui veulent continuer le combat, des artistes de la liste de Varian Fry à mettre à l’abri
Puis, de nombreux jeunes réfractaires au STO.

Les points de passage :
Hendaye, Saint-Jean-de-Luz, Saint-Jean-Pied-de-Port, Le Somport, Le Portallet, La Tour de Carol, le Puymorens, Céret, Le Perthus, Collioure, Cerbère... Tarbes, Lourdes, Bagnères, Argeles, col des Espécières, Cauterets, le port de Vénasque...

 Les dangers

Col dans les Pyrénées orientales
Photo Francis Bellin
  • la montagne : Peu sont passés par les Hautes-Pyrénées, les reliefs, dénivellations, les pentes, le climat, la neige, le froid, le brouillard sont des obstacles. C’est assez sportif.
  • la surveillance
    Dans les Pyrénées, dès 1940, le régime de Vichy a déployé douaniers, gendarmes, gardes mobiles.
    Les Allemands surveillent les zones occupées du Béarn et du Pays Basque, puis après le 11 novembre 1942, les Allemands ont franchi la ligne de démarcation et surveillent la frontière de toute la chaîne des Pyrénées, avec des montagnards autrichiens surtout, les Gerbirgsjäger (chasseurs) et les Grenzschutz (douaniers).
  • les trahisons par des escrocs : abandon des réfugiés dans la montagne, donnés aux Allemands, à la Gestapo ou aux gardes de Vichy.

 Les passeurs

  • Trouver un passeur.
    Certains guides de haute montagne, des skieurs, des connaisseurs de la montagne, pour couvrir leurs activités clandestines « font de la montagne », par exemple le groupe « Jeunesse et Montagne ».
    François Vignole, champion de ski « s’entraine » pour les Jeux et fait passer des « colis » par Barrège, 50 km de marche.
    Des chasseurs, braconniers, bergers, contrebandiers, ouvriers, font des passages.
    Certains sont des « professionnels » et en tirent des gains.
    Résistance à Toulouse
    Témoignages : Les passeurs de montagne :
    https://www.youtube.com/watch?v=UQiOcMsFhvg
    Jean Benazet dit « Piston », par Foix, Massat, par les cols des Pyrénées ariégeoises... :
    https://www.youtube.com/watch?v=1D5qF0NrE64
  • Les services mis en place
    avec des relais, un service de fausses pièces d’identité, des femmes "aiguilleuses, boites aux lettres, des cabanes de berger dans la montagne.
    - Un réseau relevant des services britanniques : le réseau Hèches de Gaston Hèches
    - Les réseaux de résistants de la France libre : Réseau Andalousie 1943, Gérard de Clarens, avec les « évadés de France » issu de la Confrérie Notre-Dame.
    Gérard de Clarens sous des identités multiples fait des passages jusqu’à se trouver en difficultés à Gavarnie.
    La filère belge
Réseau Sabot,Carcasonne, photo F. Bellin

Le réseau de renseignement belge dirigé par Pierre Bouriez [2] La mission principale de ce réseau est de centraliser les réseaux de renseignements et d’évasion belges en France et en Belgique. en 1941, est subordonné aux services secrets britanniques, au gouvernement belge et à la France libre. La mission principale de ce réseau est de centraliser les réseaux de renseignements et d’évasion belges en France et en Belgique.
SBA, service belge d’assistance :
Explication du chemin à suivre, Argeles Gazoste, ou (Cauterets) par le col de la peyre Saint Martin documents du colonel Victor Werner, à 2295 mètres d’altitude dans le Val d’Azun, en direction de Sallient, Biascas, Jaca.
Le comité Tourcoing
la filière polonaise
wisigoths-Lorraine
la Thomas Ligne

  • Varian Fry
    Un passage tragique pour Walter Benjamin, rocambolesque pour Feuchtwanger avec ses valises qui passent par le train avec Varian Fry.
    Marseille, années 40, Mary Jane Gold
    Aux côtés de Fry, Justus Rosenberg, est d’abord un fidèle « garçon de courses », puis un passeur qui conduit à la frontière espagnole les intellectuels cherchant à fuir.

 Toulouse

Toulouse, un point de départ pour le passage clandestin vers les Pyrénées
Résistance à Toulouse
Toulouse était un point stratégique entre les deux mers et elle était
un moyen de récupérer les aviateurs. Une route passait par Pau et l’Andorre, l’autre par Salies-du-Salat et Saint-Girons en Arriège.

http://musee-resistance.haute-garonne.fr/_resources/CNRD%25202019/Toulouse%2520Memoire%2520de%2520rues%25202008.pdf

Photo Francis Bellin, 2020

Maurice Dide aide les officiers polonais et britanniques à passer les Pyrénées. Il est contacté par les autres réseaux d’évasions (Pat O’Leary, Buckmaster...
Maurice Jacquier organise les passages vers l’Espagne aux côtés des réseaux
Pat O’Leary et Françoise.

- Un réseau d’aide aux migrants s’est rapidement développé dans la région du Conflent, et à Perpignan
Rouges – maquis de France et d’Espagne. Les guérilleros. Ouvrage collectif coordonné par Jean Ortiz, recueil d’actes d’un colloque organisé les 20 et 21 octobre 2005 à l’université de Pau et des pays d’Adour (éd. Atlantica, 2006, 480 p.
Les guérilleros vont continuer le combat dans des réseaux de résistance et de solidarité.




- Le Corps franc Pommiès ( à venir)
« Partis des Pyrénées, ils traversèrent le pays pour rejoindre l’armée du général de Lattre venue d’Afrique et continuèrent jusqu’en Allemagne. Des combats du Sud-Ouest à ceux des Vosges, d’Alsace et d’Allemagne, jusqu’à l’intégration du Corps franc à la Ire armée française »




 Catalogne

  • Les Pyrénées orientales
Catalogne Chemin de la Liberté
Photo Francis Bellin

Lisa Fittko, dans Le chemin des Pyrénées, Maren Sell, 1987, raconte que le passage par Cerbère est surveillé par les gardes mobiles, mais il existe un sentier de contrebandiers, la « route Lister », empruntée par des républicains espagnols, où les crêtes sont plus élevées. Le maire de Banyuls lui a fait un croquis. Elle accompagne Walter Benjamin sur le sentier de l’autre côté de la frontière, repart, croyant le laisser en sécurité, juste avant la descente sur Port-Bout, et apprend quelque temps après qu’il s’est suicidé, craignant d’être renvoyé en France, sous le coup d’une nouvelle réglementation espagnole.

Passages de Dani Karavan pour Walter Benjamin, UH

Josep Bartoli dessinateur et résistant espagnol

Josep de Aurel

La Retirada, exil des Républicains espagnols, Argelès, Saint Cyprien
le Mémorial du Camp de Rivesaltes propose l’exposition temporaire Josep Bartolí. Les couleurs de l’exil.
https://www.youtube.com/watch?v=yPvTYxlC1VY

Céret, Pyrénées-Orientales, pour se souvenir

Emile Frajerman, interné en 1941, à dix-huit ans, dans le camp de Beaune-la-Rolande, passe les Pyrénées, embarque pour Casablanca et s’engage dans les FFL.

 Exils d’aujourd’hui

Passages dans les Pyrénées

Pyrénées-Orientales : des blocs de béton ferment 5 routes secondaires entre France et Espagne ex. Col de Banyuls-sur-Mer, « pour lutter contre le terrorisme, les trafics, la contrebande et l’immigration clandestine, 5 des 12 axes des Pyrénées-Orientales entre France et Espagne sont fermés depuis 11h ce lundi. Un sur la Côte Vermeille, 2 en Cerdagne et 2 dans les Albères ».

Le Monde Magazine du 29/4/ traite du problème :
https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2022/04/29/au-col-du-portillon-entre-la-france-et-l-espagne-la-frontiere-de-l-absurde_6124106_4500055.html

et rappelle les passages, au carrefour des Trois-Provinces, Catalogne, Aragon et Haute-Garonne. Il y a huit ports possibles pour traverser le massif. « L’histoire dit que 5 000 personnes sont passées en quarante-huit heures en avril 1938… »

ONU : Conflits meurtriers, persécutions en tous genres, sont responsables du déracinement de plus de 82,4 millions de personnes à travers le monde fin 2020 : des réfugiés de Syrie, Venezuela, Afghanistan, Soudan du Sud, Myanma et Palestiniens. Les pays d’accueil sont Turquie, Colombie, Pakistan, Ouganda, Allemagne.
https://www.unhcr.org/fr/apercu-statistique.html
Avec la guerre en Ukraine, « Selon le dernier bilan des Nations unies, près de 4,2 millions d’Ukrainiens ont fui leur pays depuis le début de l’agression des forces russes ordonnée par le président Vladimir Poutine le 24 février. », le 3 avril 2022.
https://www.lemonde.fr/parcours-de-migrants/


 Médiagraphie

Exposition à Tarbes : Gaston Hèches, Gérard de Clarens, Pierre Cohou, François Vignole, Gaston Manent, le commandant Pommiers :
https://www.ladepeche.fr/article/2014/05/29/1890213-si-la-resistance-m-etait-contee.html

Jean Claude B. Montagné, « Les évadés de guerre par l’Espagne ». Après un séjour dans les prisons espagnoles il parvient à s’engager dans l’armée en Afrique du nord.
http://www.effelle.fr/francais-libre/evades-de-france/montagne/
« … plus de 20 000 Français sont venus volontaires.
EYCHENNE Emilienne, Montagnes de la peur et de l’espérance , Privat, 1980
« le franchissement de la frontière espagnole pendant la Seconde guerre mondiale dans le département des Hautes-Pyrénées »
EYCHENNE Émilienne, Les Pyrénées de la Liberté, France Empire, 1983.
FERRER Thomas, Passeurs et évadés dans les Pyrénées- Franchir la frontière franco-espagnole durant la Seconde Guerre mondiale, Cairn éditions, 2018

Michèle Agniel, témoignage au lycée Edgar Quinet
ANDRIEU Claire, Tombés du ciel. Le sort des pilotes abattus en Europe. 1939-1945,Tallandier, 2021, 512 p.
https://www.nonfiction.fr/article-10922-les-dupont-smith-et-schmidt-en-seconde-guerre-mondiale.htm

« Militaires français démobilisés, juifs persécutés originaires de toute l’Europe, pilotes alliés, jeunes Français voulant poursuivre la lutte, résistants traqués ou réfractaires au STO, ils sont nombreux à tenter le franchissement des cols pyrénéens pour survivre, vivre libre et pour beaucoup continuer le combat contre le fascisme. »
Le Chemin de la Liberté, en Ariège, passage des Pyrénées par le mont Valier, entre Saint-Girons et Esterri d’Aneu, ou à Alos d’Isil, Espagne. Il y avait plusieurs passages vers l’Espagne, de renseignements, d’hommes, de résistants, de militaires alliés, de juifs.
http://www.chemindelaliberte.fr/
Le Chemin de la Liberté : route d’évasion en Espagne : http://www.ariege.com/decouvrir-ariege/occupation-et-resistance/chemin-de-la-liberte
Lisa Fittko, Mein Weg über die Pyrenäen , DTV, 2004

Fuir pour vivre. « Escape to Life : Erika and Klaus Mann. »
« Ils choisirent la périlleuse aventure du passage des Pyrénées pour l’honneur de servir »
Maréchal de Lattre de Tassigny, Histoire de la Première Armée Française, Plon éditeur

Varian Fry Varian Fry, « l’homme des visas »

Batsurguère dans la guerre 1939/1945 » à la bibliothèque d’Ossen, retrouver les « traces » du P.C. des valeureux combattants dans la massif du « Boustu ».

José Cubero, Marie Fernandez, Thomas Ferrer, Tarbes et les Hautes-Pyrénées, collaboration, résistance, libération , CAIRN, 2015
https://www.decitre.fr/livres/tarbes-et-les-hautes-pyrenees-collaboration-resistance-liberation-9782350683751.html

http://museedelaresistanceenligne.org/media9309-Evasions-par-lEspagne-groupe-de-passeurs-du-rA

NM

A suivre...

[2Sabot : réseau de renseignement belge dirigé par Pierre Bouriez en 1941. Il est subordonné aux services secrets britanniques, au gouvernement belge et à la France libre.