Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

La Sicile, siciliani nella Resistenza

vendredi 1er octobre 2021

La résistance italienne a eu à combattre les nazis, les fascistes de Mussolini, de nombreux Siciliens ont participé à la Résistance en Italie du Nord.

Plaque à Lipari, à la mémoire des confinés :
Plaque Lipari uh
  • Les confinés sous la dictature fasciste

Des mesures d’internement sont prises contre des Italiens opposants politiques ou étrangers ressortissants de pays ennemis, considérés comme « dangereux » ou « indésirables », par internement libre dans une région retirée ou dans des camps. C’est le confino (exil intérieur), comme la famille Ginzburg habitant à Turin, qui est envoyée dans les Abruzzes, dans un village, à Pizzoli, en 1940.
La Sicile a connu les camps de concentration depuis 1938 créés par le régime monarchico-fasciste destinés aux juifs étrangers et aux antifascistes.
Le 20 mai 1940, des juifs étrangers sont internés.

25 juillet 1943 : le roi fait arrêter Mussolini.
Le 8 septembre 1943, la Sicile signe l’armistice avec les Alliés, elle est libérée du nazifascismo fascisme nazi.
Cf. L’Italie fasciste

  • La Sicile a t-elle participé à la Résistance italienne ?
    siciliani nella Resistenza
    Un colloque a été organisé sur « Le rôle de la Sicile dans la guerre de résistance et de libération » (Palerme, 13,14 octobre 2016), par l’Institut Gramsci sicilien pour le 70e anniversaire de la guerre de résistance et de libération :
    Le riflessioni di storici e intellettuali scaturite dal convegno organizzato dall’Istituto Gramsci Siciliano sul ruolo dei siciliani nella Resistenza :
    https://www.youtube.com/watch?v=XfgHVqmG0Pw

I Siciliani nella Resistenza, A cura di Tommaso Baris e Carlo Verri, Coordina Rosario Mangiameli, Palerme, Sellerio, 2019.

  • Contre les nazifascisti
    De nombreux soldats siciliens ont rejoint les formations de la Résistance dès août 1943. Ceux qui étaient dans le sud de la France rejoignent le Piémont, d’autres Rome, le Centre de l’Italie, pour combattre.

Il y avait 2 691 partisans siciliens qui ont participé à la Résistance en Italie du Nord. Alors que les Siciliens qui ont fini dans les différents camps de concentration et leur anéantissement ultérieur étaient 761.
https://www.retidigiustizia.it/leggi-e-diritto/i-siciliani-nella-resistenza

- Lettre de la mémoire et de la liberté avec 520 noms des partisans siciliens, est éditée par l’écrivain (Domenico Stimolo)
Les partisans siciliens dans la résistance contre les nazifascisti  :
Quatre cent soixante-sept noms retrouvés de partisans :
http://www.linformazione.eu/2018/04/i-partigiani-siciliani-che-fecero-la-resistenza/

  • De nombreux méridionaux se sont retrouvés coupés de leur zone de résidence après la chute de Mussolini, et ont été arrêtés et déportés par les nazis dans la période 1943-1945.
    in nome della “razza eletta” au nom de la race élue, des crimes ont été commis.
    Giovanna D’Amico, I siciliani deportati nei campi di concentramento e di sterminio nazisti 1943-1945
    Carmela Zangara, « Per liberar l’Italia : i siciliani nella resistenza : 1943-1945 ».
    Nunzio Di Francesco, Le coût de la liberté - Mémoires d’un combattant partisan de Mauthausen à Gusen II, publié en 2001
    Le « Journal d’un déporté » du partisan Santo Garufi
    Giuseppe Nilo, I marsalesi nella Lotta di Liberazione, 2015.
    Le partisan Santo Santino né à Gratteri le 3 mars 1922 et vivant à Livourne, nom de guerre « Ciclone » après 70 ans, a raconté son histoire de partisan.

http://www.linformazione.eu/2018/04/i-partigiani-siciliani-che-fecero-la-resistenza/

Les Juifs dans la zone d’occupation italienne

Primo Levi, écrivain et témoin

NM