Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

AMAR Eva

convoi 76
dimanche 11 avril 2021

AMAR Eva, 20 ans en 1944, survivante

Eva Amar est née à Alger le 13 janvier 1924, elle habitait Boulevard Sébastopol dans le 1er arrondissement de Paris. Elle était célibataire. Elle est arrêtée le 23 juin par les policiers de la SEC. Cette section d’enquête et de contrôle, est la police du Commissariat général aux questions juives. Elle est constituée de collaborateurs notoires qui travaillent en liaison avec la Gestapo. Les arrestations sont effectuées au hasard dans la rue ou souvent sur dénonciation au domicile de la personne ou sur son lieu de travail. Eva Amar dit dans son dossier « J’ai été dénoncée  » Dans son rapport d’arrestation (voir ci-dessous), les inspecteurs de police disent qu’ « ayant été informés », qu’une juive travaillait jusqu’à la fermeture de l’établissement du « Ciros ». Il s’agit donc bien d’une dénonciation. Ils l’ont interpellée dans ce magasin à 21 heures. Il s’agit d’un restaurant, il est dit d’ailleurs sur sa fiche de Drancy qu’elle était plongeuse et elle dit, elle, qu’elle était « légumière ». Ce jour-là, 22 arrestations sont effectuées dans Paris par ces policiers. En prévision d’un prochain convoi. Eva Amar est emmenée au dépôt, prison temporaire de la Préfecture de police, puis à la Conciergerie. On la bat afin de lui faire donner l’adresse de ses parents. Eva Amar est internée au camp de Drancy le 26 juin. La fiche du carnet de fouille d’Eva Amar dit qu’elle remet au chef de la police du camp la somme de 231 francs, puisque chaque interné devait remettre argent et objets de valeur à son arrivée à Drancy.

Le 30 juin, elle est conduite à la gare de Bobigny avec 1153 internés destinés à être déportés vers le centre de mise à mort d’Auschwitz-Birkenau. C’est le 76ème convoi de déportés juifs parti de Drancy.

Le voyage qui dure quatre jours est insupportable du fait de la chaleur de l’été. Le 4 juillet, le convoi entre à l’intérieur du camp de Birkenau sur la « rampe d’Auschwitz ». Selon les travaux de Serge Klarsfeld, 223 femmes sur 495 sont désignées pour le travail forcé. Ce sont généralement les plus jeunes. Le nombre de déportés choisis pour ce travail d’esclave, plus de la moitié, est beaucoup plus élevé que celui des transports précédents car Les camps deviennent, la dernière année de la guerre, un vivier de travailleurs pour l’industrie de guerre.

Ainsi Eva Amar, âgée de 20 ans, entre au camp de femmes de Birkenau, sous le matricule A-8515. Dans son témoignage recueilli à son retour des camps et conservé aux Archives nationales, elle confirme que 250 femmes sont entrées dans le camp. Le 18 octobre, elle figure dans le rapport du bloc 22 du camp de femmes de Birkenau. Rapport précieux car c’est le seul cahier de bloc retrouvé au camp de Birkenau et qui répertorie les femmes de cette baraque par ordre alphabétique, en y indiquant leur nationalité, leurs noms et prénoms, leur âge et les remarques à leur sujet. Eva Amar est notée comme Française juive, âgée de 21 ans.

On la retrouve au camp de Bergen-Belsen le 15 avril 1945 où elle a été évacuée soit à la fin de l’année 1944 soit au moment de l’évacuation en janvier 1945.. Elle-même dit dans son témoignage qu’elles ont été emmenées en train, à 120 par wagon, dans un convoi de 1000 femmes à Bergen-Belsen. Les archives parlent d’un convoi de 400 femmes arrivées d’Auschwitz le 1er Novembre 1944, puis d’un convoi de 4000 femmes arrivé le 24 janvier. Elle dit aussi que le camp de Bergen Belsen était pire que le camp de Birkenau, « pas d’eau, pas d’hygiène, pas de travail, rarement de la nourriture, on mangeait les ordures. Et les Juifs étaient plus maltraités que les autres ». Elle a eu le typhus dans ce camp. Elle a , malgré tout, survécu. Elle est rapatriée par avion le 1er juin 1945. Sa fiche médicale indique qu’elle a perdu 15 kilos. Elle, dit qu’elle pesait 68 kilos avant le départ et 40 à la libération.

Elle se marie le 9 novembre 1945 avec Maurice Kojman à la mairie du 10ème arrondissement.

Rapport d’arrestation-Source : Archives Nationales-AJ/38

BAVCC AC21P… Mémorial de la Shoah- Musée d’Auschwitz- Témoignages de 1945 aux Archives nationales. Archives Nationales, rapports d’arrestations mai-juin 1944

Chantal Dossin

Retour à la liste du convoi 76


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 56 / 2089375

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Convoi 76  Suivre la vie du site Liste et notices biographiques   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.14 + AHUNTSIC

Creative Commons License