Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Tarnów. Dernières photos de familles juives. Le regard froid d’anthropologues nazies

Exposition au centre de documentation Topographie de la terreur à Berlin
mercredi 13 janvier 2021

Deux jeunes femmes anthropologues nazies ont bâti leur carrière en prenant pour objet d’étude des familles juives du ghetto de Tarnów.

Le regard froid

Le regard froid. Dernières photos de familles juives du ghetto de Tarnów.

Der kalte Blick. Letzte Bilder jüdischer Familien aus dem Ghetto von Tarnów.
Une exposition du Centre de documentation Topographie de la terreur, du Mémorial pour les Juifs assassinés d’Europe et du Musée d’histoire naturelle de Vienne.
Eine Ausstellung der Stiftung Topographie des Terrors, Denkmal für die ermordeten Juden Europas und des Naturhistorischen Museums Wien.

https://www.topographie.de/ausstellungen/sonderausstellungen/
21 octobre 2020 - 11 avril 2021 à Berlin.

En 1942, deux jeunes anthropologues viennoises Elfriede Fliethmann et Dora Maria Kahlich, se sont rendues à Tarnów pour mener une étude « raciale » [1] sur des juifs et des Polonais pour l’Institut für Deutsche Ostarbeit (pour le travail allemand à l’Est).
Le SD Sicherheitsdienst [2] a mis à leur disposition, 565 personnes, hommes, femmes et enfants de 106 familles du ghetto pour leur étude.
Elles ont du matériel pour prendre des mesures des crânes et des corps de juifs de Tarnów. Rudolf Dodenhoff [3] prend des photos, de face, de profil, de trois quarts et la tête levée, et nu.
Elles doivent faire vite, avant la disparition de leurs « objets » d’étude. Elles savaient. On peut comprendre comment 25 000 juifs de Tarnów ont disparu, déportés au camp d’extermination de Belzec ou assassinés dans la forêt.
Le ghetto est liquidé en 1943.
Avec « un regard froid », elles voulaient « montrer que les femmes peuvent aussi faire quelque chose ».

L’histoire des photos et celle des familles a été possible grâce au concours de Götz Aly qui a étudié la correspondance des deux femmes pour le livre Vordenker der Vernichtung (Les Architectes de l’extermination) et à l’anthropologue viennoise Margit Berner qui avait trouvé des photos dans une boîte portant la mention « TJ 1942 ». La clef des photos était à Washington, là où les dossiers, saisis à la fin de la guerre, des deux chercheuses avaient abouti.
Grâce à 26 survivants des familles, le nom de quelques juifs a pu être retrouvé et une courte biographie établie.


Il est possible de suivre en streaming des conférences prévues autour de cette exposition.
https://www.topographie.de/livestream/

Götz Aly & Susanne Heim, Les Architectes de l’extermination : Auschwitz et la logique de l’anéantissement, Calmann-Lévy, 2005. (Götz Aly, Susanne Heim : Vordenker der Vernichtung. Auschwitz und die deutschen Pläne für eine neue europäische Ordnung, Fischer, 1991)
Margit Berner, Letzte Bilder. Die ’rassenkundliche’ Untersuchung jüdischer Familien im Ghetto Tarnów 1942, Hentrich & Hentrich, 2020.

https://www.zeit.de/2020/44/der-kalte-blick-ausstellung-berlin-ns-forscherinnen-juden

De l’eugénisme à la Shoah

NM

[1Erforschung typischer Ostjuden

[2services de renseignement (sécurité) du NSDAP

[3Rudolf Dodenhoff a été honoré par une rétrospective à Osterholz-Scharmbeck en 2016.