Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

WAHL Léon et Marcelle

Convoi 76
lundi 5 décembre 2022

Léon et Marcelle Wahl, âgés de 73 et 58 ans

Léon Wahl était né le 27 mars 1871 à Épinal dans le département des Vosges. Son père, Isidore Wahl, né à Épinal, était négociant. Sa mère, Fanny, née à Bischeim dans le département du Bas-Rhin était sans profession. Marcelle Wahl, était née Hayem le 22 juillet 1885, à Épinal. Elle était fille de Léon Hayem, négociant et de Fleurette Nerson, sans profession, domiciliés à Épinal. Léon et Marcelle Wahl connaissent donc pour la deuxième fois l’annexion de leur région lorraine au Reich. Veufs l’un et l’autre, ils se remarient à Marseille, (où Marcelle Hayem vivait probablement depuis son premier mariage avec le capitaine Moïse Hirschmann) le 30 décembre 1922. Léon Wahl est négociant, comme son père.

Marcelle Wahl a une fille de son premier mariage, Lucienne Hirschmann, qui a épousé Jacques Hirtz dont elle a eu une fille, Annie Hirtz, née le 21 avril 1929. En 1943, le couple Wahl et la famille de leur fille se réfugient à Buis-les-Baronnies, dans la Drôme, probablement inquiets après les rafles de Juifs opérées en zone sud en 1942, suivies de l’occupation de la zone sud par les Allemands. Ils ont logé à l’hôtel du Lion d’Or à leur arrivée à Buis en mai 1943. Le couple Hirtz et leur fille quittent Buis au cours de l’année pour un petit village situé à 40 kilomètres de Buis, Eygalayes, alors que les Wahl restent à Buis, logeant chez l’habitant, du 27 novembre 1942 au 21 janvier 1944. Ils revenaient le dimanche déjeuner à l’hôtel du Lion d’Or. C’est là qu’ils sont arrêtés le 21 mai 1944. Leurs enfants ainsi que les familles juives réfugiées dans les petits villages, protégées par les maires et les curés ne seront pas inquiétés.

Ce jour-là, vers midi, une dizaine de policiers en civil accompagnés d’autant de soldats allemands transportés dans un camion, effectuent une opération de police à Buis-les-Baronnies. Ils cernent tous les hôtels de la localité et y contrôlent tous leurs occupants. Ils effectuent quatorze arrestations de personnes « de race juive », dit le rapport de police, pour la plupart déjeunant à l’hôtel du Lion d’Or de Buis. C’était le cas de Léon et Marcelle Wahl. Incarcérées dans un premier temps à la prison Sainte Anne d’Avignon, elles sont ensuite internées au camp de Drancy le 13 juin 1944 ainsi que 227 Juifs arrêtés dans la région autour de Marseille.

La fiche de son carnet de fouille dit que Léon Wahl remet au chef de la police du camp la somme de 21700 francs et deux bagues or d’homme, puisque chaque interné devait remettre argent et objets de valeur à son arrivée au camp. Son numéro matricule est le 23900, celui de son épouse suit. Le 30 juin, ils sont conduits à la gare de Bobigny avec 1153 internés destinés à être déportés vers le centre de mise à mort d’Auschwitz-Birkenau.

Le voyage qui dure quatre jours, par une chaleur torride, est particulièrement épuisant pour ces familles entassées dans des wagons à bestiaux plombés. Le 4 juillet, le convoi entre à l’intérieur du camp de Birkenau sur la « rampe d’Auschwitz » où a lieu la sélection. Les travaux de Serge Klarsfeld ont permis d’apprendre que 223 femmes sur 495 et 398 hommes sur 654 sont déclarés « aptes » pour le travail . Ce sont généralement les plus jeunes. Le nombre de déportés désignés pour ce travail d’esclave, plus de la moitié, est beaucoup plus élevé que celui des transports précédents car Les camps deviennent, en 1944, un vivier de travailleurs pour l’industrie de guerre. L’autre moitié du convoi, les malades et les enfants, dits « inaptes » au travail, sont gazés dès l’arrivée. Un témoin survivant de ce convoi, René Lob, qui le connaissait dit avoir vu Léon Wahl séparé des autres détenus ainsi que d’autres vieillards. Il est fort probable, compte tenu de leur âge qu’ils aient été assassinés dès leur arrivée au camp de Birkenau.

Extrait de la lettre adressée par le fils de Léon Wahl, André,
au Ministère des Rapatriés . Y est évoqué le témoignage de René LOB( et non Loeb)

Sources :- DAVCC AC21P 548839 et 548841- Mémorial de la Shoah-Mémoire Résistance des Hautes Baronnies.

Chantal Dossin
Retour à la liste :
Liste du Convoi 76 et liens vers des notices biographiques


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 57 / 2369233

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Convoi 76  Suivre la vie du site Liste et notices biographiques   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.14 + AHUNTSIC

Creative Commons License