Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Maquis et refuges en pays de Conflent

au pied du Canigou
jeudi 2 juin 2022

Des résistants combattent pour chasser l’envahisseur, et préparer le retour de la légalité républicaine et l’application du programme social du Conseil National de la Résistance.

Certains se cachent dans la montagne pour échapper au STO.

  • Forêt de Mosset, sur le chemin du pic des Madres
Forêt de Mosset
Photo Francis Bellin, mai 2022
  • Un refuge dans la vallée de la Castellane, à Mosset
    Pitt Krüger né le 9 juin 1904 à Cologne (Allemagne), mort le 26 août 1989 à Prades (Pyrénées-Orientales).
    Pitt et Yvès Krüger, deux pédagogues, quittent Berlin en 1933. Avec l’aide des Quakers anglais, ils achètent le mas de la Coûme à Mosset avec le projet de créer une colonie agricole avec des réfugiés politiques allemands, mais le terrain est trop ingrat. Ils installent alors une des premières AJ, auberges de jeunesse du sud de la France. Puis ils la doublent d’un camp de travail international.
    Les Quakers de Perpignan leur demandent d’héberger des petits réfugiés espagnols de la Retirada. En 1940, ils accueillent des petits Français et juifs étrangers. Ils ont des liens avec certains exilés catalans comme Pau Casals.
    En 1940, Pitt, ressortissant allemand, est en résidence surveillée à Thuès-les-Bains.
    Des résistants et des réfugiés juifs sur la route de l’Espagne, passent par le mas. Dénoncé par un curé franquiste, Pitt Krüger est arrêté par la milice el 1er juillet 1944. Envoyé de prison en prison, la citadelle de Perpignan, la prison du Cherche-Midi, le camp de concentration de Neue Bremme, à Sarrebruck, la prison de Francfort, celle de Halle et enfin la prison de Potsdam. Enrôlé de force dans la Wehrmacht alors qu’il est antimilitariste, il est fait prisonnier par les Soviétiques et a après un long périple, il a toutes les peines du monde à regagner la France en 1948 pour retrouver sa famille restée à Mosset.
    L’AJ devient Centre éducatif de la Coûme (1948-1965), à Mosset (Pyrénées-Orientales). Aujourd’hui Centre d’Accueil International pour enfants, adolescents et adultes.
    ex. Séjour environnement, 13 juin 2022 – 14 juin 2022, Elèves de l’école maternelle de Fuilla
  • Monument de la Résistance, à partir de Vernet-les-Bains, en montant vers le Canigou, au col de la Bataille, entre Estagel et Millas.
Stéle du maquis Henri Barbusse
FB

Un groupe dans le maquis FTP prend le nom d’Henri Barbussse. Il était composé de patriotes évadés, de résistants traqués mais surtout de réfractaires du STO recrutés à Estagel, Rasiguères, Millas, Thuir ou Saint-Paul-de-Fenouillet »
Le maquis et les guérilleros espagnols attaquent autour du Canigou. Un affrontement a lieu à Valmanyia, Les maquisards reviennent au col de la Bataille.

Des commémorations ont lieu à La Bastide et Valmanya.
https://fusilles-40-44.maitron.fr/spip.php?article175987

Mantet, « dernier village de France » ; Mine de la Pinouse, P.O.

Wikipedia
https://maitron.fr/spip.php?article136945
« « Le Catalan de Potsdam », Karl, Pitt Krüger », dans Exilés en France : souvenirs d’antifascistes allemands émigrés (1933 - 1945), Paris, Maspero, 1982

Werner Thalheim (préf. Madeleine Claus), Une communauté d’antifascistes allemands dans les Pyrénées orientales 1934-1937 : La Coûme-Mosset, L’Harmattan, 2014

NM
photos Francis Bellin