Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah

Camp de Lohhof, Unterschleißheim

Du lin pour le Reich
vendredi 1er avril 2022

Un mémorial à venir pour commémorer l’histoire du travail forcé nazi dans l’usine de Flachsröste à Lohhof, près de Munich.

Unterschleißheim, une ville à 17 km de Munich et un camp de travail forcé redouté :

En 1937, un camp de travail forcé fut créé, pour la récolte du lin destiné à l’industrie textile, pour l’entreprise Flachsröste, construite en 1935, à Lohhof près de la gare.

  • Des centaines de femmes françaises et polonaises y furent employées au travail forcé.
    Das „Jüdische Arbeitskommando Lohhof“ était redouté.
    Des femmes et des hommes originaires de Belgique, de France, d’Ukraine, de Pologne et d’Allemagne devaient travailler douze heures par jour, six jours par semaine, à « l’enfer de Lohhof », un dur travail physique dans les champs où les tiges de lin doivent être récoltées, et dans l’usine poussiéreuse où les mauvais traitements sont fréquents. Les conditions de travail étaient très dures. Beaucoup de « travailleurs de l’Est » sont morts.

Des femmes venues de Belgique et des prisonniers de guerre français ont d’abord été employés, vivant dans une des baraques de l’usine. Des femmes juives y furent également employées dont 68 juives polonaises du ghetto de Łódź, 300 jeunes juives de Munich, qui avaient été rappelées pour travailler sous la surveillance de contre-maitres allemands, avant leur déportation entre novembre 1941 et l’été 1942. Une trentaine a survécu.
Des travailleuses forcées d’Ukraine et de Russie les ont remplacées.

  • Un lieu de commémoration pour ces travailleurs et travailleuses forcées, par l’artiste Kirsten Zeitz
    Sur le chemin de la gare, on pouvait voir ces travailleurs et et travailleuses venant de Munich, allant à pied, à l’usine Flachsröste, dans la Johann-Kotschwara-Straße, sous les quolibets de la population. Il était interdit à ces travailleurs d’avoir des contacts avec la population allemande.
  • Un lieu d’apprentissage, sur un chemin de 500 mètres.
    Des silhouettes en acier au milieu de fleurs bleues de lin, des fleurs en béton pour marquer le chemin depuis la gare, des panneaux explicatifs, entre l’usine et un champ de lin.
  • Tous les documents de l’entreprise ayant été brûlés lors d’un combat Américains contre SS retranchés dans l’usine, il a fallu retrouver les noms.
    Des noms retrouvéssont martelés dans l’acier sur 462 plaques.
    https://www.denkmal-lohhof.de/

    Maximilian Strnad, Flachs für das Reich. Das jüdische Zwangsarbeiterlager „Flachsröste Lohof“ bei München, Volk Verlag, München, 2013
    Elsbeth Bösl, Nicole Kramer, Stephanie Linsinger : Die vielen Gesichter der Zwangsarbeit. „Ausländereinsatz im Landkreis München 1939-1945, München, 2005.

Memorial Book
Victims of the Persecution of Jews under the National Socialist Tyranny in Germany 1933 - 1945
Bundesarchiv

NM