Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

"Les rafles de l’été 1942 en zone libre. Un crime de l’État français". Témoignage de Paul Schaffer.

lundi 1er juin 2009

Le rôle de l’État et de l’administration française dans la déportation des juifs, dans la zone non occupée.

Les rafles de l’été 1942 en zone libre. Un crime de l’État français, un film de Antoine Casubolo Ferro, 2009
Témoignages et commentaires de Marianne Spier Donati, Paul Schaffer, Édouard Drommelschlager, Serge Klarsfeld, Henri Rousso, Bernard Fogiel, Louis Fogiel et Maurice Szmidt, et les archives filmées de Gaumont Pathé, INA, ECPAD.
http://www.ugoprod.fr/documentaires/les-rafles-de-lete-1942-en-zone-libre
Mardi 1er septembre 2009 à 22 h 00-22 h 55, France 3

Un documentaire sur le rôle de l’État et de l’administration française dans la déportation des juifs, dans la zone non occupée, sous administration de Vichy. Des hommes, femmes, des enfants, ont été arrêtés par des policiers et des gendarmes français.

Paul est arrêté lors de la rafle du 26 août 1942.
A propos de cette rafle, Paul Schaffer, dont la famille originaire de Vienne (Autriche) était réfugiée à Revel dans le sud de la France, membre de l’Union des Déportés d’Auschwitz, écrit en réaction à son témoignage :

"Puis, ce fut pour moi trois années à Auschwitz. Evadé après la « marche de la mort », rapatrié via Odessa, débarqué à Marseille j’avais pris le train me ramenant à Revel près de Toulouse, l’endroit où mes parents, ma sœur et moi avions été arrêtés. Durant ce voyage je m’étais mis à rêver que je retrouverais mon père, certes pas en parfaite santé, mais vivant et heureux de m’entourer de son affection, après ces années de souffrances. De retour enfin dans cette petite ville du Sud-Ouest, grande a été ma déception de ne pas être attendu à la gare. Je me suis précipité chez une amie de mes parents car j’avais gardé le souvenir du chaleureux accueil qu’elle nous avait réservé lors de notre arrivée de Bruxelles, au début de la guerre, en mai 1940. Après d’affectueuses retrouvailles, je demandai aussitôt quel avait été le sort de mon père. La nouvelle qu’il était mort un an après notre déportation vint s’ajouter au deuil de tous les miens."

Paul se demande s’il a eu raison de laisser la tombe de son père dans ce lieu, "pour maintenir à cet endroit la mémoire de la Shoah."

"Mais voilà qu’invité il y a quelques mois à témoigner de mon histoire et de celle de ma famille, dans une classe terminale du Lycée professionnel de Revel, le professeur, me fit part du souhait des élèves de se rendre sur la tombe de mon père."

Un élève après cette visite, lui écrit : "On se doit de ne pas laisser les choses se reproduire et on se doit d’éduquer. On se doit de se souvenir et on se doit d’être conscient. On se doit de réagir, de ne pas rester passif et tout cela on vous le doit ; à vous, à eux, à tous ceux qui ont souffert et souffrent encore de la folie des hommes. Tout cela nous le devons car nous savons…"

"Il faut laisser du temps au temps."

Paul Schaffer témoigne en France, en Autriche auprès des jeunes.

On peut lire le livre de Paul Schaffer, Le Soleil voilé, Société des Ecrivains, 2003.
Il est aussi intégralement en français et en allemand sur son site.
http://www.schafferpaul.com/
A propos du livre de Paul Schaffer :
Le Soleil voilé, Paul Schaffer

Retrouver Paul Schaffer sur l’internet :
. Les rafles du mois d’Août 1942 en zone non occupée, « Un crime de l’Etat Français » :
http://www.dailymotion.com/video/xm53lp_aout-1942-les-rafles-en-zone-libre_news
. Le discours de Paul SCHAFFER lors de la cérémonie de la rafle du Vél’ d’Hiv’ le 18 juillet 2010 :
http://www.fondationshoah.org/FMS/IMG/pdf/P_Schaffer_Vel_d_hiv_2010.pdf

Le 23 août 1942, lecture d’une lettre pastorale de Monseigneur Saliège, archevêque de Toulouse, dans les paroisses, sur le sort réservé aux juifs.

Ll’itinéraire d’une famille juive depuis Graz en Autriche jusqu’à Auvillar. Elle a été raflée, le 24 août 1942, n’ayant pas obtenu de visa pour le Mexique, par Pascal Caïla, Montauban :
http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/photo/20140122.OBS3325/photos-souvenirs-d-une-famille-juive-raflee-en-france.html
http://www.sfa-auvillar.com/pont-de-memoire/kurzweil/AKurzweil_Caila_0.php

DENIS Jean Pierre, Nos enfants de la guerre, éd. Seuil, 2002, 269 p.
DELANOË Nelcya, Une petite rafle provençale, éd. Seuil, 2013, 219 p.
A Villeneuve-lès-Avignon, il y a eu la rafle du 26 août et un an plus tard, une rafle le 17 août 1943. "A quand une plaque comme à Avignon en 2010 pour les 422 déportés de Vaucluse ?"

N.M. 2012-2013


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 278818

Suivre la vie du site fr 

Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz, 73 avenue Parmentier 75011 PARIS

Avec le soutien de :

l'Union des Déportés d'Auschwitz , 39 bd Beaumarchais, 75003   PARIS  01 49 96 48 48 et de l'APHG

Site réalisé par Evelyne Py avec spip 2.1.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License