Cercle d’étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d’Auschwitz

La Shoah par balles à l’Est, par Pierre-Philippe Preux

Conférence-débat vendredi 18 mai 2012, Lycée Buffon
jeudi 17 mai 2012

« La Shoah à l’Est » : dans les territoires soviétiques occupés par les forces allemandes à partir de l’opération Barbarossa, le 22 juin 1941, les Einsatzgruppen (groupes et commandos d’intervention A, B, C et D), dans le cadre de la guerre à l’Est, accompagnent la Wehrmacht pour éliminer avec les alliés locaux, dans un premier temps, les commissaires politiques "bolcheviks", "francs-tireurs", "saboteurs", les partisans, des civils, des soldats, les Juifs, les Tsiganes. Dans les Pays Baltes, la Biélorussie, l’Ukraine, la Crimée, les Juifs, hommes, femmes, enfants, sont tués systématiquement et ensevelis dans des fosses communes.
En Roumanie, à l’automne 1940, le maréchal Antonescu prend le pouvoir en s’alliant à la Garde de fer, la principale organisation fasciste du pays. La Roumanie, alliée de l’Allemagne, est pénétrée par un antisémitisme virulent. « Aucun pays, Allemagne exceptée, ne participa aussi massivement au massacre des Juifs » écrit Raul Hilberg.
Témoin : Madeleine Woloch-Kahn

Nous vous proposons une conférence de Pierre-Philippe Preux :

La Shoah par balles à l’Est

Vendredi 18 mai 2012 à 14h30
Lycée Buffon- Amphi Michard
16 boulevard Pasteur- 75015 ( métro Pasteur ou Sèvres -Lecourbe)

- Pierre-Philippe Preux, Professeur d’histoire, collaborateur du Père Patrick Desbois président de Yahad‐In Unum

- Madeleine Woloch- Kahn, témoin des massacres de Juifs en Roumanie, auteure de Basilic, Atlantica, 2011.
CR : http://www.cercleshoah.org/spip.php?article259

« Outre les millions de victimes des combats, plus de 18 millions de civils polonais et soviétiques, dont plus de 4 millions de Juifs, ont péri. A côté des victimes "ordinaires" des combats, il y eut la mort de millions de prisonniers russes, des massacres de masse "par balles", les camps d’extermination des Juifs (tous se trouvaient à l’Est), l’incendie de milliers de villes et de villages. » Cf. Christian BAECHLER

Hitler veut réorganiser les "relations ethniques" à l’Est, par expulsions de Polonais et de juifs et germanisation. il faut conquérir, aménager, exterminer. cf. L’ère de la guerre.

Tueries de masse à l’Est, avec la participation de la Wehrmacht, de Einsatzgruppen, des Volksdeutsche et d’auxiliaires ukrainiens :
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/11/10/28397844.html
http://clioweb.canalblog.com/archives/2013/11/11/28404996.html

 Einsatzgruppen

Les Einsatzgruppen der Sicherheitspolizei und des SD ou EGr (groupes d’intervention de la police et des services de sécurité), composés d’éléments de la Ordnungspolizei, Gendarmerie, Kripo et Gestapo, utilisés dès 1938 pour "sécuriser" les Sudètes, puis en 1939 dans la partie envahie de la Tchécoslovaquie, sont composés et dissous selon les besoins. Ils suivent la Wehrmacht en Pologne, en septembre 1939, puis en URSS le 22 juin 1941, etc.
Il existe les Einsatzgruppen I, II, III, IV, V, VI nommés ainsi à l’origine.
Ils sont réorganisés pour l’invasion de l’Urss en Einsatzgruppe A,B,C,D.
Un Einsatzgruppe comprend plusieurs Sonderkommandos (commandos spéciaux) et des Einsatzkommandos ou EK (commandos d’intervention) :
ex. le groupe d’intervention dans les Pays Baltes, l’Einsatzgruppe A comprend les Sonderkommandos 1a et 1 b et les Einsatzkommandos 2 et 3. Leurs actions de tueries sont renforcés par les pogroms locaux.

 Karl Jäger, en Lituanie

"Karl Jäger n’a fait que son devoir".
Karl Jäger, commandant SS du EK3 (Einsatzkommando 3) dépendant du Einsatzgruppe A, a fait tuer, dans la première phase du génocide, après l’attaque de l’URSS, de juin 1941 à fin novembre 1941, 137 346 juifs en Lituanie, tel qu’on peut le lire dans son rapport du 1 décembre 1941 :
9 pages, l’original et le texte en allemand et en anglais :
http://www.holocaust-history.org/works/jaeger-report/htm/img001.htm.de?lang_from=fr
Ich kann heute feststellen, dass das Ziel, das Judenproblem für Litauen zu lösen, vom EK. 3 erreicht worden ist. In Litauen gibt es keine Juden mehr, ausser den Arbeitsjuden incl. ihrer Familien.
Das sind

in Schaulen 4.500 ca.
in Kauen 15.000 ca.
in Wilna 15.000 ca.

(Je peux dire aujourd’hui que le but de la résolution du problème juif en Lituanie est atteint par l’EK3. Il n’y a plus de juifs en Lituanie, exceptés les juifs du travail et leurs familles. A Schaulen, Kaunas et Vilnius, autour de 4500 et 15000 juifs [ont été "éradiqués"])

Le nombre exact de juifs vivant alors en Lituanie est inconnu, d’autant plus qu’il y avait des réfugiés de Pologne.
Arrêté en 1959 à Wiesenbach où il vivait sous son vrai nom, Karl Jäger ne se sentait pas coupable, alors qu’il a pris part au bord de la fosse au massacre de juifs de Lituanie. Il a fait sien le discours de Himmler devant les officiers SS à Poznan le 4 octobre 1943, pour lui, il n’a fait que son devoir.
Il a été fanatisé très tôt. Pour ses voisins de Waldkirch, en Forêt noire, c’était un homme correct, un bon musicien.
Il s’est pendu dans sa cellule en 1959.

Solly GANOR, né à Kaunas, témoin des massacres, raconte dans Das andere Leben, Kindheit im Holocaust, le témoignage de son ami Kuki Kopelman.
Es war eine Höllenszene. Heisere Rufe, brüllende Kinder und Babys, Hundegebell. [...] Wir hatten die Grube erreicht. Da lagen Tausende von Körpern, einer auf dem andern, die wanden sich und schrien und flehten die Deutschen an, es endlich zu Ende zu bringen. Es war die Hölle, die Hölle.
(C’était une scène d’enfer. Des cris éraillés, des enfants et des bébés qui hurlent, des aboiements de chiens... Nous avons atteint la fosse. Là, des milliers de corps les uns sur les autres, qui bougeaient, criaient et suppliaient les Allemands, de finir enfin. C’était l’enfer, l’enfer.)
http://www.das-andere-leben.de/ganor.html
Solly GANOR a été dans les camps du Stutthof et à Kaufering X, sous-camp de Dachau. Il a participé aux marches de la mort
http://www.kz-gedenkstaette-dachau.de/vergangene-ausstellungen/articles/solly-ganor-das-andere-leben.html

Une introduction aux Einsatzgruppen par Yale F. Edeiken
Carte des massacres avec lieux et dates
in Helmut KRAUSNICK/ Hans-Heinrich WILHELM, Die Truppe des Weltanschauungskrieges - Die Einsatzgruppen der Sicherheitspolizei und des SD 1938–1942, Deutsche Verlags-Anstalt, Stuttgart, 1981

 Bibliographie

ALY Götz, Endlösung, Fischer Verlag, 1998
BAECHLER Christian, Guerre et exterminations à l’Est : Hitler et la conquête de l’espace vital 1933-1945, Tallandier, 2012, 528 p.
http://www.historikerkomitee.de/?p=1627
BARTOV Omer, L’armée d’Hitler. La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Hachette, Paris, 1999
BENSOUSSAN Georges, Cartes Mélanie Marie, Atlas de la Shoah la mise à mort des Juifs d’Europe, 1939-1945, Autrement, 2014, 96 p.
BENZ Wolfgang, MIHOK Brigitte, Holocaust an der Peripherie. Judenpolitik und Judenmord in Rumänien und Transnistrien, 1940-1944, Berlin, Metropol Verlag, 2009, 261 p.
BROWNING R. Christofer, Des hommes ordinaires. Le 101 ème bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Histoire », 1994
CARP Matatias, Cartea Neagra : La destruction des Juifs de Roumanie (1940-1944), Bucarest, 1946-1948, réédité chez Denoël, 2009, 707 p. — livre traduit du roumain, annoté et présenté par Alexandra Laignel-Lavastine.(The Black Book of Jewish Suffering in Romania, 1940-1944 (vol. 3) Bucharest, 1947 ; Cartea neagra : suferintele evreilor din Romania, 1940-1944, Bucuresti, Editura Diogene, 1996 ; Holocaust in Romania : Facts and documents on the annihilation of Rumania, Budapest, Primor Publishing Co, 1994
DEAN Martin, Voisins et bourreaux, Le génocide en Biélorussie et en Ukraine,coéd. Calman-Lévy/Mémorial de la Shoah, 2012
DESBOIS Patrick, (Père), Porteur de mémoires, Michel Lafon, 2007
DUMÉNIL Anne, BEAUPRÉ Nicolas, INGRAO Christian (éds.), 1914-1945, L’Ére de la guerre, Nazisme, occupation, pratiques génocides, tome 2, Paris, Agnès Viénot éditions, 2004, 302 p.
EHRENBOURG Ilya et GROSSMAN Vassili, (sous la dir.), Le Livre noir , trad. du russe par Yves Gauthier, Luba Jurgenson, Michèle Khan, Paul Lequesne et Carole Moroz, sous la dir. de Michel Parfenov, éd. Solin Actes sud, 1999, 1 136 p.

"Ce jour-là, on fusilla plus de deux mille personnes. C’était le 12-2-42. On ne recouvrit pas la fosse. On attendait que revienne un convoi de Juifs de Méjirov, un bourg voisin. Deux policiers restèrent au bord de la fosse pour monter la garde. Le lendemain matin, une femme ensanglantée parvint à s’extraire de la fosse. Elle était restée enfouie sous les cadavres pendant vingt heures, mais, bien que sérieusement blessée, elle trouva la force de ramper pour s’extirper du trou. C’était la belle-fille de Tchéselnitski. Elle était médecin à Kiev et était en visite à Braïlov. Elle supplia les policiers de la laisser regagner le bourg, mais ceux-ci la jetèrent à nouveau dans le trou avant de lui tirer dessus.
D’après les témoignages d’habitants des environs, trois jours durant, des gémissements et des râles d’agonie s’échappèrent de la fosse encore vivante."
extrait du Livre noir.

Ce livre n’a jamais touché son lectorat, et ceux qui l’ont composé ont été assassinés… Il relate les actes perpétrés par les Einsatzgruppen nazis (sections d’assaut mobiles) avec l’invasion de l’URSS du 22-6-41. Françoise Valleton

GANOR Solly,Das andere Leben, Kindheit im Holocaust, Fischer Taschenbuch Verlag, 2011, 224 p.
GERLACH Christian, Kalkulierte Morde : die deutsche Wirtschafts- und Vernichtungspolitik in Weißrußland, Hambourg, Hamburger Edition, 1999
GRAML Hermann, KÖNIGSEDER Angelika, Juliane WETZEL (Hrsg.), MIHOK Brigitte, "Die Deportationen nach Transnistrien und ihre Verdrängung in der rumänischen Geschichtsschreibung", In : Vorurteil und Rassenhaß. Antisemitismus in den faschistischen Bewegungen Europas, Berlin, Metropol Verlag, 2001
GROSSMAN Vassili, Vie et Destin, éd. L’âge d’homme, coll. Poche, Paris, 1980
HARTMANN Christian, HÜRTER Johannes, LIEB Peter, POHL Dieter : Der deutsche Krieg im Osten 1941-1944. Facetten einer Grenzüberschreitung, Oldenbourg Wissenschaftsverlag, 2009, 413 p.
HAUSLEITNER Mariana, MIHOK Brigitte, WETZEL Juliane,(Hrsg.), Rumänien und der Holocaust. Zu den Massenverbrechen in Transnistrien 1941-1944, Berlin 2001.
HEINEN Armin, Rumänien, der Holocaust und die Logik der Gewalt, Munich, éd. Oldenbourg, 2007, 208 p.
HERBERT Ulrich, Nationalsozialistische Vernichtungspolitik 1939-1945, Fischer Verlag, 1998
HILBERG Raul, La Destruction des Juifs d’Europe, Paris, Gallimard, coll. « Folio » Histoire, 2006, 3 vol. (Cf. opérations mobiles de tueries).
IANCU Carol, La Shoah en Roumanie. Les Juifs sous le régime d’Antonescu (1940-1944). Documents diplomatiques français inédits, publications Université Paul Valéry, 1998
IANCU Carol, Alexandre Safran et la Shoah inachevée en Roumanie, recueil de documents (1940-1944), Bucarest, Hasefer, 2010, 607 p.
INGRA0 Christian, Les chasseurs noirs. La brigade Dirlewanger, Librairie Académique Perrin, 2006, 290 p.
IOANID Radu, La Roumanie et la Shoah : Destruction et survie des Juifs et des Tsiganes sous le régime Antonescu, 1940-1944, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2002, 383 p. (The Holocaust in Romania. The Destruction of Jews and Gypsies Under the Antonescu Regime, 1940-1944, chez Ivan R. Dee, Chicago, 2000)
KAHN-WOLOCH Madeleine, Basilic, Atlantica, 2011, 172 p.
http://www.readoz.com/publication/read?i=1046173&pg=7#page6
Témoignage de Madeleine devant les élèves d’Edgar Quinet :
Madeleine Kahn, ancienne élève du lycée Edgar Quinet
KLUKOWSKI Zygmunt, Une telle monstruosité... » Journal d’un médecin polonais 1933-1947, coéd. Calmann-Lévy / Mémorial de la Shoah, édition française établie par Jean-Yves Potel, traduit du polonais par Alexandre Dayet, 2011, 564 p.
LAIGNEL-LAVASTINE Alexandra, HEYMANN Florence , "L’horreur oubliée : la Shoah à la roumaine", Revue d’Histoire de la Shoah, janvier-juin 2011, n° 194
MALAPARTE Curzio (Kurt Erich Suckert), Kaputt, 1943, Livre de poche, réédition Folio 1972, 510 p.
MÉMORIAL DE LA SHOAH, Les Fusillades massives en Ukraine (1941-1944). La Shoah par balles, catalogue de l’exposition du Mémorial de la Shoah, 20 juin 2007-6 janvier 2008, coéd. Calmann-Lévy / Mémorial de la Shoah, avec deux DVD-vidéo comprenant dix témoignages sous-titrés en français (6 h 40 min)
OGORRECK Ralf, Les Einsatzgruppen, Les groupes d’intervention et la ’’genèse de la solution finale’’, Calmann Lévy, 2007, 320 p. Die Einsatzgruppen und der « Genesis des Endlösung », 1996.
Himmler ayant assisté au massacre de Minsk en août 1941, il a été décidé de recourir à des camions à gaz en décembre 1941 puis à des chambres à gaz.

RöMER Felix, Der Kommissarbefehl Wehrmacht und NS-Verbrechen an der Ostfront 1941/42, Schoeningh Ferdinand, 2008, 656 Seiten, (L’ordre des commissaires et les crimes nazis sur le front Est 1941/42)
SNYDER Timothy, Bloodlands : Europa zwischen Hitler und Stalin, München, C. H. Beck Verlag, 2011, 523 p. mit 36 Karten, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline, traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Gallimard, 2012, 705 p. (l’Ukraine, la Biélorussie, puis les Pays Baltes, l’est de la Pologne, entre Nolde et Furet)
WEIKERSTHAL Felicitas Fischer von, GARSTKA Christoph, HEFTRICH Urs, LÖWE Heinz Dietrich (Hrsg.), MIHOK Brigitte, "Verdrängte Erinnerung. Die Deportation der rumänischen Roma nach Transnistrien, 1942-1944", In : Der nationalsozialistische Genozid an den Roma Osteuropas - Geschichte und künstlerische Verarbeitung, Weimar, 2008
WETTE Wolfram, Karl Jäger. Mörder der litauischen Juden, Vorwort von Ralph Giordano, Frankfurt/M., Fischer Taschenbuch Verlag, 2011, 320 p.
http://www.zeit.de/2012/05/SS-Jaeger

-  Films :
Sur les soldats de la Wehrmacht, une exposition : la Wehrmacht assassine en masse dès le début sur le front est.
A l’Est de la Guerre, (Jenseits des Krieges), Ruth Beckermann, Autriche, 1997
La dernière lettre, film de Frederick Wiseman, 2002
Shoah par balles, l’histoire oubliée, un documentaire de Romain Icard, 2007, Mano a Mano, 1 h 20 min
Einsatzgruppen. Les commandos de la mort, Michaël Prazan , film documentaire, France 2 éditions, 2009, 180 min
http://www2.cndp.fr/TICE/teledoc/Mire/teledoc_einsatzgruppen.pdf
Les Insurgés, d’Edward Zwick, 2007,137 min, tiré du roman Defiance : The Bielski Partisans, de Nechama TEC
A Dangerous Method, David Cronenberg, 2011 (Sabina Spielrein, psychanaliste, assassinée par les nazis à Rostov) Shoah, Lanzmann

- Liens internet :
Violence de guerre et génocide. Le cas des Einsatzgruppen en Russie, Christian Ingrao :
http://www.cairn.info/landing_pdf.php?ID_ARTICLE=LCS_007_0015
Site de l’association Yahad-In Unum
Shoah par balles, l’histoire oubliée
http://www2.cndp.fr/TICE/teledoc/mire/teledoc_shoahparballes.pdf
Sur le site Mémoire juive et éducation, animé par Dominique Natanson :
http://pagesperso-orange.fr/d-d.natanson/einsatzgruppen.htm
La dernière lettre :
Femmes dans les ghettos

Wehrmacht in der nationalsozialistischen Diktatur :
Médiagraphie sur la Wehrmacht :
Bibliographie sur la Wehrmacht
Wehrmacht in der nationalsozialistischen Diktatur :
http://www.ifz-muenchen.de/wehrmacht.html?&L=1%26id%3D4
Rapport de Karl Jäger, commandant SS
à Kauen, Kaunas :
http://www.9may.ru/unsecret/m10008980/gallery/
Procès des Einsatzgruppen

« Holocauste ne se dit pas en russe [1]...[aujourd’hui] »
http://clioweb.canalblog.com/archives/2012/05/19/24295067.html

  Yahad-In Unum au Cercil

À Orléans, Conférence dans le cadre des Cafés historiques au Cercil
Les recherches de Yahad-In Unum dirigé par le père Desbois, sur les fusillades massives des Juifs et des Tsiganes en Europe de l’Est de Fanny Chassain-Pichon et Johanna Lehr, chercheuses à Yahad-In Unum
De 1941 à 1944, des milliers de Juifs et de Tsiganes ont été massacrés.
Plus de 2000 témoins ont été interrogés et filmés par Yahad-In Unum.
Organisée avec les Cafés Historiques en Région Centre.
http://cercilactu.blogspot.fr/
cercil@cercil.eu

Sur la situation en Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale et la défense de la Patrie, des témoignages de femmes qui ont participé à la guerre et n’ont pas raconté leur histoire :
ALEXIEVITCH Svetlana, La guerre n’a pas un visage de femme, traduit par Galia Ackerman, Paul Lequesne, J’ai lu, 2013, première édition, Presses de la Renaissance, 2004, 398 p., 1ère édition en URSS, censurée, 1985.

PS. A l’origine, une conférence sur "La destruction des Juifs en Roumanie" de Mme Alexandra Laignel-Lavastine [2] était prévue, mais celle-ci étant indisponible pour des raisons de santé, nous avons été contraints de devoir annuler la conférence du mercredi 16 mai 2012 sur "La destruction des Juifs en Roumanie". Elle a été remplacée par cette conférence.

N.M. avril-mai 2012

[1] Le mot utilisé en russe est génocide.

[2] LAIGNEL-LAVASTINE Alexandra, Eliade, Cioran, Ionesco : L’Oubli du fascisme. Trois intellectuels roumains dans la tourmente du siècle, PUF, 2002 ; LAIGNEL-LAVASTINE Alexandra, Esprits d’Europe : autour de Czeslaw Milosz, Jan Patocka, Istvan Bibo, Calmann-Lévy, 2005 ; Folio-Gallimard, 2010 ; LAIGNEL-LAVASTINE Alexandra, Jan Patocka. L’esprit de la dissidence, Paris, Michalon, « Le bien commun », 1998


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 278863

Suivre la vie du site fr 

Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah - Amicale d'Auschwitz, 73 avenue Parmentier 75011 PARIS

Avec le soutien de :

l'Union des Déportés d'Auschwitz , 39 bd Beaumarchais, 75003   PARIS  01 49 96 48 48 et de l'APHG

Site réalisé par Evelyne Py avec spip 2.1.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License